Une maison de charme troglodytique


Vous avez eu connaissance des « trogloparadises » situés quelque part sous le ciel des tropiques. Au terme d’une longue et périlleuse enquête et grâce à un certains nombre d’informateurs, l’Inspecteur Trog s’est immiscé dans la mémoire collective des stéphanois (Saint-Etienne de Chigny), ayant flairé une affaire… vieille comme le monde.


Tout est parti d’une maison…

Un escalier de briques rouges qui attire le regard
Un escalier de briques rouges qui attire le regard
Tout est parti d’une maison en ruine située sur la départementale qui longe la Loire et que vous ne pouvez manquer d’apercevoir, reconnaissable entre toutes parce qu’à l’arrière de la dite maison un troglo en étage est desservi par un escalier de briques ajourées. Ce jour-là, je flanais en reconnaissance sur un territoire inconnu et j’avoue avoir été fasciné par l’escalier qui débute en colimaçon, tranchant avec l’architecture locale. L’état de ruine était disputé par les deux bâtisses, la vieille demeure à moitié détruite et les troglos juchés à flanc de coteau, tel des trous béants, abandonnés à un futur incertain.

Un ange passe

Deux batisses se disputent l'éternité
Deux batisses se disputent l'éternité
Un ange et un an. La maison est à jamais détruite et les troglos toujours muets expriment leur O de stupeur, d’étonnement ou encore moralisateur…. Quant à moi, je continue mon hasardeuse enquête. Certains bruits courrent… emmenés par la Loire ou bousculés par le vent. Une voisine, appelons la Madame A. me met la puce à l’oreille et confirme les ouï dires locaux. J’évente parcimonieusement qu’il semblerait qu’en ces lieux…

Le SRG (Service des renseignements Généraux) des Trogs

Les légendaires "terrasses"
Les légendaires "terrasses"
L’affaire prend de l’importance. Un de mes informateurs patentés, C.L, qui connaît bien la région, me téléphone. Nous prenons rendez-vous en toute discrétion, un matin chez les Trogs. L’entretien est rapide discret. Le reste n’est plus qu’une question de temps, juste celui nécessaire à l’envoi de quelques photos, vieilles comme le monde.

Les Terrasses de Saint Estienne de Chigny

Une maison de charme troglodytique
Au début du siècle, Saint Etienne ce Chigny (37) abritait un port, débarquement de denrées, transport de pierres, de tonneaux de vins, la circulation fluviale sur la Loire générait alors une activité économique importante et une main d’œuvre nombreuse pour assurer tout ce trafic.
Venait le temps de la détente, du repos.A quelques encablures du port, un établissement distillait de quoi réconforter et détendre une clientèle de passage, et sans doute quelques habitués locaux : Les Terrasses.
Sur une carte commerciale bilingue français et anglais! de l’époque, il est fait mention de repas à prix fixe et sur commande, de la possibilité de  « goûters, champagne et raffraîchissements, ouverts tous les jours ». Une autre carte commerciale présente deux élégantes dames profitant sans doute des rayons du soleil, avant que la nuit n’envahisse le site.
Et la nuit, me direz vous ? le grand escalier desservait un certain nombre de chambres troglodytiques et il n’était pas rare de voir quelques élégantes gravir accompagnées les marches qui emmenaient les galants jusqu’au septième ciel….
Voilà ce que racontent les anciens du village, et voilà la fin de mon enquête qui me permit de reconstituer la vie cachée de cette belle maison de charme troglodytique.

La maison de charme troglodytique
La maison de charme troglodytique
La photographie date du début du siècle. Elle révèle un détail qui pourrait être révélateur... Le savoir vivre de l'époque permettait-il  aux femmes de croiser les jambes ainsi?...



Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mardi 22 Mai 2012 à 06:00 | Lu 597 fois