Troglos en Espagne


Non, il n’y a pas que les châteaux. La traversée de la péninsule ibérique nous aura menés à destination au cœur de l’Andalousie, à la recherche de « cuevas » sur les traces relativement fraîches de « Cavesnetwork ». Au programme, trois épicentres, Grenade, Guadix et Gorafe.
Au terme de la première journée, c’est déjà la promesse d’une série de reportages variés qui méritent une attention particulière et du temps. Nous vous cèderons donc quelques aperçus en image, en guise de tapas.


Viva Espana !

Troglos en Espagne
Nombre de souvenirs d’enfance me reviennent à l’esprit lorsque nous filons à bride abattue au volant de notre cheval mécanique. Les routes rectilignes jadis jalonnées de poteaux électriques en bois ont cédé la place à de larges « deux fois deux voies » dégorgeant de bolides lobotomisés. Après le Pays Basque, la Navarre, Madrid, la Castille et la Manche, l’Andalousie, terme de notre voyage qui nous accueille. Les paysages toujours majestueux sont simplement altérés par les deux silhouettes emblèmatiques nationales, « Tio Pepe » et le Toro « Veterano Osborne »*., plantés à flanc de colline, et qui nous valent une contravention de la Guardia Civile pour s’être arrêtés le long de l’autoroute pour faire une photo... 100 euros, ça fait cher la photo...

L’Andalousie, terre d’accueil

Troglos en Espagne
L’ultime rempart de l’Europe avant l’Afrique est également la plus grande province d’Espagne, bordée au nord par les Cordillères bétiques et au sud par la fameuse « Sierra Nevada ». C’est aussi la plus peuplée. L’immigration bat son plein avec nombre de ressortissants originaires, eh oui, qui l'eut cru?,  d’Allemagne, d’Angleterre, de Scandinavie. Le pays accueille de longue date des Marocains, des Latino- américains et des émigrés d’Europe de l’Est.
Et bien entendu, il y a les gitans : plus de 600 000 sur le territoire, dont plus de la moitié vit en Andalousie. Originaires du nord de l’Inde, partis aux environ du 10ème siècle, on les retrouve installés au 15ème siècle. Devinez où? Dans le « Sacromonte » à Grenade, illustre référence troglodytique, mais pas seulement…

Des troglos en veux tu, en voilà !

Et pour cause ! la région est « minée » par les « cuevas ». Mister Trog est ravi (« y’a des trous partout ! »). Le terrain accidenté et argileux a très rapidement développé des habitats creusés, comme vous pourrez le découvrir. Ainsi, les « immeubles », cuevas en étages de « Lopera » bourgade mitoyenne de Guadix. Cette dernière, quant à elle ne recèle pas moins de 20 000 habitants, dont 6 000 vivent en « troglo » soit environ 2000 habitations dont certaines remontent avant les invasions des Almohades.
Reste enfin dans notre programme et sur le papier, Gorafe (Gaurab, en arabe) qui signifie les Chambres hautes, en référence à son habitat troglodytique historique. Quelques 500 habitants y demeurent, vivant de l’agriculture, de l’élevage et du tourisme rural.
Comment vivent les habitants? Comment réagit la roche? Quelles sont les solutions dynamiques mises en place pour le cas échéant restaurer ces anciennes demeures et les offrir au tourisme et quel tourisme ? Restez sur www.troglonautes.com pour en savoir plus.
                    
Voilà pour un premier tour d’horizon. La température extérieure dans la journée avoisine les 20 degrés et côtoie les 5 degrés la nuit. Tout va bien à bord du vaisseau des Trogs. Et les Nikon crépitent. A suivre.
 
  • Tio Pepe et Veterano Osborne sont deux marques prestigieuses d’alcools espagnols. Les enseignes immenses représentaient un petit homme muni d’un chapeau rond et un toro tout noir. La mention des marques a disparu aujourd’hui ; restent les légendaires apparitions le long des routes.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mardi 27 Décembre 2011 à 12:35 | Lu 460 fois