Troglopathe à suivre

Maladie saine, avec effets à long terme


Antoine collectionne 27 années. Parapentiste patenté, le jeune homme découvre, il y a peu les grottes de pêcheurs marocaines (les nôtres !) et crack ! Il craque. Il revient et décide d’acheter « sa sienne », non loin de Boumensour, notre domaine de prédilection. Et hop, v’la l’travail ! Le virus s’est installé.


Pisteur-secouriste de par son métier (il s’orientait vers les métiers de l’électricité), Antoine vit en France. L’été la neige ayant fondu, il gère l’état des pistes de vélos et de descente. Bref, une vie au grand air. Manquait l’appel des grands espaces et du large : la mer et le parapente. Les « spots » marocains commençant à être réputés, il se parachute avec des potes à Aglou-plage et tombe sous le charme de ces habitations nichées dans la falaise.
Il se renseigne sur les possibilités d’acquisition (entre 3000 et 45 000 euros), visite une grotte par jour. L’idée est à creuser

« J’ai quelques économies, alors plutôt que d’acheter une belle bagnole (c’est pas on style) ou de dépenser plus (faudrait être fou !), pourquoi pas m’offrir un lieu original dans un lieu reposant, où on déconnecte (veuillez ranger vos portables, votre TV, vos habitudes, vos voisins… totalement inutiles). En plus, planche à portée de mer, parapente à portée de voile, selon les vents. Le « Nid d’aigle » (pour parapentistes confirmés) est à vol d’oiseau à trois bornes, et les poissons à portée de canne !
Il y a un an, il découvrait nos grottes, dorénavant Antoine est notre voisin. Il fait la surprise à sa mère, venue quelques jours lui rendre visite, éternel sourire aux lèvres. Son frère est ravi.
Ya t-il  un lien?  son grand-père, Louis, creusait dans les couches calcaires (molasse) du domaine familial (Drôme, Isère) des grottes, pour stocker du bois, du matériel et pour le plaisir… de creuser.

Dorénavant, le voilà mettant la main à la pâte (enduits de chaux recommandés), se grattant le crâne pour résoudre les soucis quotidiens : humidité marine, vents de sable, électricité (il est au courant). Peu à peu, il s’informe de l’environnement, des us et coutumes, des recettes de cuisine (plat à Tajine, première cuisson…). En deux mots, il s’est pris au jeu…
Les Trogs lui adressent le « Marabah » de rigueur.

Salon extérieur sous roche
Salon extérieur sous roche
Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.

Coin cuisine
Coin cuisine


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Jeudi 24 Mai 2018 à 08:29 | Lu 1142 fois