Sur les traces de Jeanne et Camille Fraysse (3)


Le Château du Marconay, Parnay. Comme le souligne Camille Fraysse dans l’avant-propos du premier tome de son ouvrage sur les troglodytes d’Anjou : extraits : "Le seigneur, le bourgeois, l’ecclésiastique logeaient sous terre comme le simple manant… Qu’il nous soit permis à cette occasion de réformer une opinion émise et admise : à savoir que le troglodytisme a surtout été adopté par les pauvres gens". Nous vous présentons donc un premier exemple de domaine seigneurial, celui du Marconay, à Parnay (49)


Une façade remarquable en bord de Loire

Sur les traces de Jeanne et Camille Fraysse (3)
Extrait de LES TROGLODYTES EN ANJOU à travers les âges / Habitat seigneurial, bourgeois, ecclésiastique.(P.85) Les pièces d’habitation de cet ancien manoir sont creusées dans le tuffeau (village de Parnay), en lisière de la route. …Une salle du rez-de-chaussée a ses parois entièrement recouvertes de vieilles boiseries ; une antique cheminée est située dans une cuisine attenante. Un escalier à vis en pierres de tuffeau appareillées, conduit aux chambres du premier étage et au grenier, où il se termine en coupole. La façade, appareillée, est flanquée d’une échauguette de plan rectangulaire, au centre de laquelle s’ouvrent deux petites fenêtres jumelées à sommet arrondi. Des meurtrières sont taillées dans les trois faces.
Nous ignorons la date de construction. En 1610, le Sieur Joseph Gigault reçoit en dote le domaine, devient Gigault de Marconay après avoir été annobli. Le domaine reste dans la famille jusqu’en 1855,  et la partie troglo sera toujours habitée. Les Châteaux de Parnay et du Marconay sont réunis par alliance, avant d’être revendus par manque de descendance. L e domaine appartient aujourd’hui à  la famille Goumain.

Passe la vie, les troglos demeurent

Sur les traces de Jeanne et Camille Fraysse (3)
Sur la façade, on reconnaît l’échauguette dessinée par Jeanne Fraysse. La cuisine et sa cheminée ont gardé leur authenticité. Elles fleurent bon la pomme et la noix fraîche, en ce début d’automne. Les boiseries XVIIème résistent au temps qui passe, sous un plafond bleu azur qui apporte une touche moderne au salon sous roche. Lorsque nous sommes arrivés à Parnay, il y a plus de 10 ans, Jean et Huguette Goumain ont été parmi les premiers à nous accueillir dans le village. Depuis, nous sommes restés amis. L’exploitation viticole gérée par leur fils Hervé a hélas disparu. Je regrette la cuvée Théophile, du nom de son grand-père vigneron...  L’activité des chambres d’hôtes dans la maison bourgeoise attenante aux caves a également cessé un temps, mais la maîtresse des lieux réhabilite actuellement une grande chambre  troglo à l’étage, et espère bientôt recevoir à nouveau des clients. Pleine d’énergie et de projets, Huguette  prévoit l’installation d’un  gîte, ainsi qu’une halte pour le circuit de La Loire à Vélo. Nous vous en reparlerons bientôt.
 


Un anniversaire mémorable, une fois passé le porche...

Sur les traces de Jeanne et Camille Fraysse (3)
Les caves qui jouxtent la demeure seigneuriale s’enfoncent profondément dans le coteau sur plusieurs centaines de mètres et permettent de rejoindre une ancienne ferme située sur la commune voisine de Souzay.  Un pressoir antique se dresse à l’entrée des caves. C’est probablement un des premiers souterrains que nous avons exploré avec notre ami Jean Goumain, une lampe tempête à la main, à l’époque où nous découvrions l’univers troglo. Si la lumière s’éteignait, nous pouvions tourner en rond plusieurs heures, à moins de suivre le sens de la taille de la roche, censée nous ramener au point de départ. Mais nous comptions surtout sur le chien Igor pour guider nos pas. Nous avons beaucoup de souvenirs au Marconay, comme celui d’avoir fêté  les 50 ans de Monsieur Trog au milieu des cuves  à vin… et après avoir franchi le porche menant aux antres de la terre.

Lady Trog
Avec l’aimable autorisation des éditions l’àpart et de Jean Fraysse pour les photographies de  l'époque.

Sur les traces de Jeanne et Camille Fraysse (3)


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 24 Octobre 2011 à 17:44 | Lu 656 fois