Seffa Medfouna (2) intérieur


Le "poulet enterré” porte bien son surnom. La grotte nichée à une quinzaine de mètres sur la corniche est invisible du dessus. Le voilà surmonté d’une crête rocheuse : l'agglomérat sableux compact recouvre l’habitation et l'enserre presque totalement. Le sentier ici s'élargit en petite terrasse aménagée, passage obligé pour desservir la grotte d'Abdou, notre voisin de droite. Allez, je vous emmène à la découverte de l'intérieur.


475

La double porte blindée fortement rouillée porte le n° 475. (L'identification de la grotte, enregistrée dans les services de l'Etat est une bonne chose…) Elle s'ouvre sur deux pièces successives, voûtées d’environ 12 et 8 m2. Ce n'est pas toujours le cas, d'autres grottes ont été bétonnées style bunker et offrent des volumes cubiques. Nous retrouvons ici un peu du style andalou ou grec : de petits intérieurs compacts sans perte d’espace. Inutile de vous dire que le temps des laves linges et frigo-congélateur est … révolu ! De toute façon, pas de courant électrique, je n'en vois d'ailleurs pas trop l'utilité.  Bon admettons, on n'arrête pas le progrès : il sera toujours temps d'installer la fée électricité par l'entremise d'un panneau solaire (coût non négocié, 15OO euros ttc).

Le nid du poulet

Sur la droite, le coin cuisine tout de bleu vêtu,  est résolument pratique, sans fioritures : double plaque à gaz, eau courante. Une citerne enterrée sur le dessus de la grotte à même le coteau, d'une contenance de 1 000 litres, peut être alimentée par tracteur-citerne, livrable dans la journée (environ 300 dirhams). Vive les douches vivifiantes à peau froide… dans les toilettes-douches discrètement intégrées dans une petite pièce qui jouxte notre terrasse. 
Dans le prolongement de la "kitchenette" et dans le fond de la première pièce, deux banquettes de ciment "céramisé "sont recouvertes de matelas. Au milieu une petite table basse : voilà le "séjour", en cas de mauvais temps, ou de chaleur féroce. 
Séparée de la première pièce par un claustra, nous accédons par une marche dans ce qui fera office de chambre et qui offre au fond le creusement d'une niche munie d'étagère. deux banquettes longent les murs latéraux. Nul doute que nous allons modifier légèrement cet espace. 
 

Vous avez dit humidité?

Rien n'est parfait en troglo, il en va de même dans les grottes… Comme à Meschers (Gironde), le problème majeur est celui de l'humidité marine dévoreuse de matières : toute ferronnerie est ici vouée à une destruction rapide et malheur à vos effets en coton, la moisissure s'installe vite. A moins de bien ventiler le lieu. Si la grotte est occupée régulièrement, et correctement ventilée vous n'aurez aucun souçi à vous faire. Nous envisageons donc à court terme de créer une ouverture supplémentaire et d'installer une petite VMC. Pour le reste, il nous faudra choisir les matériaux adapté (bois verni marine), des "polaires", mélanges synthétiques, et… des baguettes chinoises! Après tout, les tajines se mangent à la main !

Le cercle des pécheurs retrouvés...

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Dimanche 10 Novembre 2013 à 08:04 | Lu 148 fois