Laghzira, colosse aux pieds d’argile

En images


Le risque 0 n’existe pas. Nous nous sommes fréquemment rendus à Laghzira ou un panneau indique, à l’entrée d’une de ses arches »chutes de pierres ». J’ai souvent observé la roche, admirant les pierres enchâssées dans une masse argilo-sableuse, étonné de sa solidité. Sauf que l’arche vivait ses derniers instants millénaires.


Laghzira, est un village en partie semi troglodytique doté d’un « spot » de surf, de réputation internationale et d’une célèbre plage, située dans la commune rurale de Tioughza, entre les villes de Tiznit et Sidi Ifni, à environ 150 km au sud d'Agadir, et à 10 km au nord de Sidi Ifni. 

Deux arches,  qui font penser à Etretat attirent nombre de touristes marocasins et étrangers. C’est un des lieux de prédilection des Trogs.
Vendredi dernier l’une des deux arches s’est effondrée sans faire de victimes.

L'arche qui s'était formée dans la falaise ocre de cette plage de l'Atlantique très prisée des touristes et des surfeurs s'est écroulée vendredi en fin d'après-midi. Des photos diffusées par les médias marocains montrent un amas de pierres, apparemment tout ce qui reste de ce monument naturel qui fit la célébrité d'une plage souvent qualifiée par les professionnels du tourisme d'une des plus belles du monde.
L'érosion serait responsable de l'écroulement de l'arche, des fissures ayant fait leur apparition sur la roche ces six derniers mois, selon des médias locaux. Il reste toutefois la seconde arche sur cette la plage de Legzira, bien que plus massive et moins spectaculaire.

Reste à savoir si le site sera sécurisé et si le petit village doté de quelques infrastructures touristiques n’en subira pas les conséquences concernant la fréquentation des lieux. Les autorités marocaines prendront-t-elles des dispositions spécifiques. Nous en sauront bientôt davantage

Etretat, même combat.

Un éboulement de falaise, sur une centaine de mètres, s'est produit en Normandie sur une plage de la Côte d'Albâtre, au nord de Fécamp, le 25 août dernier, sans faire de victimes. Près de 50.000 m3 de roches se sont écroulées sur une plage de la commune de Saint Martin des Bruneaux entre Fécamp et Saint-Valéry-en-Caux, au lieu-dit "Petites dalles".
Il existait "des suspicions sur la présence de personnes sous l'amas de roches crayeuses", avait indiqué dans l'après-midi un communiqué la préfecture de Seine-Maritime. Celles-ci provenaient de témoignages de passants qui auraient vu des personnes se trouvant le long de la mer, avant l'éboulement.

Les trogs, fin octobre durant leur prochain déplacement vous en diront davantagecourant novembre, lors de leurs prochains déplacements au Maroc.

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.
 


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 26 Septembre 2016 à 10:49 | Lu 130 fois