La Cave aux sculptures, mort sans ordonnance ?

Lutte contre l’oubli


Peut-on sauver tout le Patrimoine (surtout le petit) des affres du temps et de l’oubli. Question de coût et de volonté politique. La Cave aux sculptures de Denezé-sous-Doué lutte contre les affres imposées par le temps et par la mémoire. Redécouverte en 1956, elle avait signifié sa présence en 1663 et en 1740, lors de différents affaissements de terrain où quelques sculptures étaient apparues en surface. Mais le clergé et les prêtres de l’époque croyant découvrir un lieu de culte païen et voyant là une offense à leur croyance, décidèrent d’enfouir et par deux fois la cave. A ce jour, la situation globalement demeure inchangée.


Une difficile renaissance

« A Dénézé : proche du village, dans la région, Rabelais aurait écrit son oeuvre. Il parle des diableries de Doué (distante de quelques kilomètres) que l'on retrouve dans le "quart livre" : chapitre 3, chapitre 4, chapitre 13, chapitre 52. » (http://cave.aux.sculptures.pagesperso-orange.fr/hypotheses.htm)
Mais, c’est dans le dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire de Célestin Port paru en 1876 que l’on trouve la première mention de la cave.
Un siècle d’oubli plus tard et Camille Fraysse redécouvre le site en 1956 et provoque l’attention des spécialistes en publiant des photos dans son ouvrage ’’les troglodytes en Anjou’’ édité en 1964. Le 9 octobre 1969, le site est classé à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. Rien n’atteste aujourd’hui d’une datation précise des visages émaciés et en partielle décomposition des visages sculptés.

Les « vestales » du temple

Le 9 octobre 1969, le site est classé à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. En moins de deux ans, un groupe de passionnés ainsi que des bénévoles dégagèrent nombre de sculptures enfouies. Plusieurs chercheurs, historiens et spécialistes se sont penchés sur l’énigme posée par le site dont Patrick Saletta, et sa première conservatrice,  Annie Brethéon. D’autres « gardiens du temple » se sont succédés, dont  les deux derniers : Elodie Loubry  puis l’actuel Laurent Verheyde, guide amoureux du site. La commune a consacré des sommes considérables à l’aménagement du site pour le rendre accessible au public. 

La lutte pour survivre

C’est que le temps est compté pour la survie du site soumis à un invraisemblable taux d’humidité qui ronge petit à petit la pierre.
Pour éclaircir le mystère, l’urgence première est de les préserver. Le coût financier non négligeable semble être un frein déjà pour la municipalité propriétaire du site.
Le dernier espoir en date (le célèbre Loto du Patrimoine, initié et porté par Stéphane Berne) s’est évaporé :  le mystérieux site ne va sans doute rien toucher du tout.
Les miracles n’existent pas. « Le projet n’était pas assez à maturité, le dossier n’était pas abouti. Pour ce site, qui est compliqué, on a préféré ajourner » explique-t-on à la Fondation du Patrimoine.
Laurent tente des actions pour permettre au lieu de survivre, mais rien n’y fait : De son côté, la mairie de Dénezé craint d’avoir à s’engager dans des frais importants qu’elle ne pourra pas assumer.

En attendant…

7 Rue de la Caverne, 49700 Dénezé-sous-Doué
10h-12h et  14h- 18h
 
Horaires d'ouverture 2019 
Du 01/04 au 31/05 : tous les jours, sauf mardi, de 14h à 18h. 
Du 01/06 au 31/08 : tous les jours, sauf mardi, de 10h30 à 13h et de 14h à 18h. 
Du 01/09 au 30/09 : tous les jours, sauf mardi, de 14h à 18h. 
Groupes : toute l'année sur réservation. 

Visite 
Visite libre : 45 minutes munis d'un support de visite, découvrez le site à votre rythme. 
Visite guidée : tous les jours à 11h, 14h et 16h. 
Support médiatique : projection d'une vidéo (durée 15 minutes). 
Langues parlées : français - allemand. 
Documents de visite : français - anglais - allemand - espagnol. 
Animaux non acceptés. 
Parking gratuit. 

Tarifs 2019 
Plein tarif : 4 € 
Tarif enfant (6 à 12 ans) : 2,50 € 
Tarif groupe (à partir de 10 personnes) : 3 € 


 

Humidité, taux environ 90 %
Humidité, taux environ 90 %
Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 25 Février 2019 à 15:39 | Lu 65 fois