Jujubes de Chine


Je n’ai vraiment réalisé l’importance du jujube que lorsqu’ayant invité mon ami, mon frère chinois, guo ru bin en France, ce dernier emporta une pleine valise de ces petits fruits rouges dont se délectent tout chinois, pour unique bagage. C‘est un peu comme les olives du sud de la France, mais plus qu’une spécialité locales, le jujube est un fruit national cultivé dans plusieurs régions, notamment dans le Shaanxi.


A mi chemin entre le pruneau et la pomme.

Jujubes de Chine
Le jujube ou datte chinoise (ziziphus jujuba) est probablement originaire de Chine où il est cultivé depuis plus de 4 000 ans. 2 000 ans avant JC, le jujubier arrive de chine en méditerranée. Son aire d’implantation correspond à celle de l’olivier dans le bassin méditerranéen et son exploitation en France date de la conquête romaine. 
 Le fruit jeune ressemble à une grosse olive. A maturité, il se développe, se flétrit pour atteindre la consistance et le goût d’une datte.

Yanchuan, plate forme de distribution locale.

Jujubes de Chine
Le fruit, se décline en de nombreuses espèces et de nombreuses variétés. Son utilisation si elle est multiple, n’empêche pas l’espèce d’être aujourd’hui menacée de disparition, faute d’être utilisée par l’homme malgré son énorme potentiel écologique, agroalimentaire et médical. 
 Yanchuan, rassemble tous les comptoirs d’import-export des villages avoisinants qui cultivent le jujube. Quelques industriels chinois sont également implantés autour de la ville. Il s’agit de rationaliser l’exploitation , de la conditionner pour ensuite l’exporter à travers toute la chine.

Fuyihe, ou le jujube dans tous ses états.

Jujubes de Chine
Fuyihe, village de mes rêves, est encerclé par les jujubiers qui s’étendent à perte de vue le long du magnifique méandre faconné par le Fleuve jaune. Les arbres, très résitants atteignent entre 5 et 12 mètres de haut. 
 Toute la vie du village est organisée au rythme du jujube, récolté entre septembre et octobre. Il jalonne les abords de tous les « yaodong », dconférant aux lieux une impression de forêt, qui tranche avec l’aridité des montagnes avoisinantes, pourtant revêtues dès que le terrain de permet de parcelles d’arbres. 
 Ici, la tradition demeure : les arbres sont gachés, secoués (comme des pruniers), les fruits récoltés à la main et transportés selon la technique asiatique. 
 Les fruits sont ensuite étalés à sécher dans la pluprt des yaodongs qui se parent de rouge fin septembre. 
 Puis ils passent dans des fours de séchage en terre, disposés sur de larges plaques, avant d’être emballés en vrac, à destination des comptoirs de Yanchuan.

Destination Yanchuan.

Jujubes de Chine
60 kms séparent le village de la ville. L’été lorsque tout va bien, le village peut se libérer de l’enclavement auquel il est soumis tout l’hiver et dans les périodes de fortes pluies. Il m’est souvent arrivé de ne pouvoir rejoindre mon village, bloqué par des éboulements parfois terrifiants. Aussi, les autorités locales ont ouverts de nouveaux traçés, creusé des tunnels qui facilitent ainsi les communications. Certes, cela s’est fait au détriment de l’esthétique des paysages, et cela frappe les occidentaux de passage. Mais pour les villageois des villages tels que Fuyihe, cela représente un atout économique incontestable. 


A suivre. Mister Trog.


Rédigé par Patrick Edgard-Rosa le Dimanche 27 Février 2011 à 18:27 | Lu 854 fois