Jean-Claude Gazeau

Hommage


Jean-Claude Gazeau nous a quittés, le soir du Réveillon. Il était proche de l'équipe des Troglonautes et en particulier de "Troglita", alias Chantal Bouin, qui lui rend ici hommage.


Jean Claude Gazeau aurait pu être à l’époque d’une royauté aujourd’hui révolue, mousquetaire ou chevalier de l’Ordre des Templiers. Il en avait le look, portant haut crinière argentée, et de grande stature. Il en possédait le geste, gageons qu’il maniait l’épée comme le verbe ou la gouje, avec précision, habileté et expérience. L’esprit jaillissait aussi vif et incisif que le regard. Enfin, il vouait à la pierre un amour ancestral ayant servi le tuffeau tout au long de sa carrière. 


Je l'ai rencontré lors d'un de nos reportages pour le portail des troglonautes. Rapidement, un courant de sympathie, des passions et intérêts communs ont forgé une belle amitié. Me voici projetée alors dans un domaine où il devint mon maître d'atelier : la sculpture sur tuffeau. Avec un sens inné de la pédagogie , l'artiste m’a enseigné les rudiments de la taille, me laissant à foison le loisir d'occuper l'atelier. Son esprit créatif me fait écho et ensemble nous nous lançons dans diverses créations. Accompagné par un groupe d'amis, il se lance dans la réalisation d'Hipparion, gigantesque « cheval de Troie » qui est exposé à Vino Valley ( Saint-Hilaire-Saint-Florent)


Fils et petit fils de tailleur de pierre, Jean-Claude devient maçon et reprend l'affaire familiale. Il crée alors son entreprise de « cheminées de style », qui lui confère une réputation internationale. Mais l'artiste ne s'arrête pas là : sa passion pour la sculpture , avec une touche particulière  « double-face » toujours empreinte d'humour et d 'anecdotes historiques, le conduit  à ouvrir « la Cave dans le roc » où il expose les travaux de ses apprentis ainsi que ses propres sculptures.


Nombreuses associations de « troglodytes » le comptent parmi leurs membres dont la CARMS, (Confrérie des Amateux et Respecteux du Monde souterrain).
Passionné, « Sire Gazeau » l'était, féru  et grand collectionneur de »petits trains » :  l'homme possédait une collection à faire réver plus d'un amateur. Dans son grenier de Saumur où s'étale sur le sol un réseau ferroviaire parcourant les pièces, locomotives, wagons, mobiliers de gares, rails, couvrent les murs. Gazeau range, trie, sélectionne. Il vit sa collection, vous en parle sans discontinuer.
L'artiste est parti le soir du Réveillon, avec panache, réalisant ainsi son dernier vœu, eh oui, comment ne pas continuer la Fête, boire à sa pensée, le garder dans nos coeurs et lui rendre hommage , chaque année... Tolérance, écoute et liberté l’habitaient, il a retrouvé cette dernière et nous laisse les deux autres vérités en héritage.


Chantal Bouin


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Dimanche 5 Janvier 2020 à 11:37 | Lu 267 fois