Jameos del Agua

Les joyaux de Lanzarote, sites troglos majeurs


Lanzarote recèle donc de nombreux sites volcaniques nés de spectaculaires épisodes éruptifs. L’artiste César Manrique a su mettre en valeur ce territoire aride et si inhospitalier. Jameos del Agua en est un exemple spectaculaire.


Crabe endémique et discothèque

Vous êtes accueillis sur le parking par une grande sculpture métallique en forme de crabe. Il s’agit d’une espèce endémique, le munidopsis polyphorma, minuscule crabe blanc d’un centimètre de long et aveugle car cavernicole vivant dans les eaux pures d’un bassin souterrain creusé dans une ancienne coulée de lave. La baignade y est désormais interdite (pas le droit non plus de jeter des pièces porte bonheur). Un rayon de soleil perce à travers un trou dans la voûte de la grotte géante : un rai de lumière vertical traverse l’air et plonge dans l’eau cristalline en un phénomène optique  extraordinaire. Il danse dans l’eau comme une colonne solide d’un bleu électrique qui est non sans rappeler le bleu des glaciers. Mais comment atteint-on cette bulle géante de lave souterraine ? Quelles autres surprises recèle cet étrange parcours dans les entrailles de l’île où l’on déambule entre bars, discothèque et piscines bleue Bahamas dans un décor digne de James Bond ?

Le rayon bleu

La première descente est vertigineuse : la première bulle de lave géante à laquelle on accède par un escalier en colimaçon abrite un restaurant protégé du soleil par une voile rouge suspendue aux parois de roche. Les fougères et autres plantes exubérantes poussent dans cette antre chaude et humide. Le décor est constitué de tables rustiques en bois dégrossi. Une terrasse surplombe le lac souterrain qui abrite les crabes et le rayon bleu. Nous reprenons  donc la descente et longeons les rives du lac qui attirent de nombreux touristes : les eaux et leurs reflets se contemplent à contrejour car l’autre côté du lac souterrain est aussi percé (il s’agit d’un tunnel de lave) et semble remonter vers la lumière. Toujours dans un décor de plantes luxuriantes, on franchit un parterre de discothèque géant sur plusieurs paliers de roche. Le décor est très Seventees. On imagine des soirées hallucinantes quand Lanzarote ressemblait encore à Ibiza, avec des mecs aux cheveux longs en pantalon pat d’eph et des nanas en mini jupe avec des grandes lunettes de soleil.  Un vrai décor à la James Bond… 

Bahamas et opéra

Pensant avoir épuisé nos sensations déjà émerveillées, nous débouchons en remontant un escalier de lave sur une vaste cuvette de roche ouverte sur le ciel sans nuage de Lanzarote. Le sol est d’un blanc immaculé et abrite une sublime piscine entourée de rochers naturels et de plantes locales : cactus, figuiers, bougainvilliers, lauriers roses et palmiers. Sur le côté, un long comptoir de bar s’étire sous une voûte de roche. Les assises des tabourets en forme de champignons sont faites de gros cailloux plats. On ne rêve que de se plonger dans cette piscine sublime. Hélas, elle est désormais destinée uniquement à la contemplation. Vraiment dommage ! Mr. Trog fait des acrobaties pour prendre des photos et laisse tomber sa carte numérique dans l’eau ! Je ne fais ni une, ni deux ; je plonge à la rescousse du précieux matériel…

Enfin, alors que nous yeux sont éblouis d’émerveillement, nous découvrons la salle de l’auditorium, entièrement souterraine, à l’acoustique fabuleuse. Des concerts et opéras sont organisés régulièrement dans cette salle spectaculaire. Le circuit se termine par la visite d’un centre éducatif dédié à la vulcanologie qui mérite lui d’être rénové. Le temps a passé sur Jameos del Agua, imaginé par César Manrique comme un lieu hédoniste de divertissement et de culture. Original et spectaculaire, il attire de nombreux visiteurs, de même que le jardin de cactus ou la Fondation Manrique. A suivre….
 
L.T. 


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 3 Octobre 2016 à 06:51 | Lu 131 fois