Interception : le Monde souterrain

Chaud dessous !


« Interception », le magazine de grands reportages des journalistes de France Inter, a consacré 50 minutes d'enquête et de témoignages à la réalité du Monde Souterrain en France. Notre sous-sol, véritable gruyère est constitué des mines, des galeries, des tunnels abandonnés qui rendent le sol parfois instable et représentent un risque qui peut aller jusqu’à l’affaissement de terrain. On recense 500 000 cavités sous le territoire national et sept millions de Français seraient concernés. C’était dimanche matin dernier.


L’émission se contente, si je puis dire, de rendre compte de la réalité souterraine en France, au travers d’une série d’exemples dramatiques, qui engagent ou peuvent engager la responsabilité de l’Etat et des entreprises minières qui ont dû délaisser, en l’état, nombre de galeries. Le souci étant que nombre de bâtiments, fermes, immeubles ou maisons de ville sont menacés jusqu’à aujourd’hui.
Un constat terrible, avec une prise en compte de l’Etat aidé par le BRGM qui œuvre en souterrain.

Selon des associations qui alertent sur ce qui pourrait devenir un danger majeur, 7 millions de Français seraient concernés. Maisons construites sur… du vide, carrières, marnières abandonnées. Il y a évidemment aussi la France minière, 2 500 communes concernées par les 40 000 kilomètres de galeries creusées, répertoriées. Mais depuis l’arrêt de l’exploitation de ces mines, ces voies souterraines ne sont plus entretenues, en tout cas pas assez pour empêcher des affaissements de terrains. Avec pour conséquence des maisons qui peuvent s'écrouler.

Pour ce reportage, Stéphane Cosme est allé dans ces endroits où le sol littéralement se dérobe sous nos pieds :
  • La maison qui penche, 45 cm de dénivelé, dans une maison lorraine à Rosebruck : un cauchemar au quotidien pour les habitants, « Charbonnage de France » n’a pas comblé d’anciennes carrières d’exploitation, la maison est en zone rouge.
  • Une marnière au milieu d’une exploitation agricole à Ecrainville (Pays de Caux), et des galeries dans un rayon de 50 mètres.
  • Les cavités souterraines à Orléans :  visite avec le BRGM et deux géologues spécialistes, sous un immeuble, une salle de carrière (extraction de calcaire de Beauce -première enceinte de la Ville…) avec un début de fontis…
  • Quelques cités anciennement minières du Bassin Lorrain qui ont connu des effondrements brutaux et spectaculaires.
                                            
La parole est donnée pour finir au club Spéléo de Longwy et au Musée des mines de Neuf chefs (musee.des.mines@wanadoo.fr)
 

 



Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Vendredi 9 Février 2018 à 14:17 | Lu 71 fois