Destination “Agartha”. repères


Je vous propose aujourd’hui de découvrir une destination de rêve, mythique à plus d’un titre et souterraine : le royaume de l’Agartha, (ou Agarttha, orthographe adoptée par René Guénon, ou Agharta ou Agarthi ou Asgharta). Ne me demandez surtout pas comment on y accède, les voies sont multiples pour y parvenir, comme vous pourrez le découvrir ci-après. La capitale de ce royaume est Shambhala. Agartha est un royaume souterrain relié à tous les continents de la Terre par l'intermédiaire d'un vaste réseau de galeries et de tunnels. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un monde légendaire, que m’a offert Lady Trog sur un plateau d’argent.


Les sources de l’Agartha

Destination “Agartha”. repères
L'Agartha est un royaume souterrain légendaire présent dans la tradition indienne et amérindienne. Cette croyance se retrouve dès l'Antiquité. Selon la légende, il existe encore de vastes portions de ces galeries actuellement, le reste ayant été détruit par des glissements géologiques. Le mystère demeure quant à savoir où se trouvent les différentes entrées de ces galeries.
On situe quelques entrées supposées du Royaume d'Agharta dans les endroits suivants :
Cueva de los Tayos (Equateur), Désert de Gobi (Mongolie), Grotte de la sibylle de Colchide (Mont Atlas, Géorgie), Grotte de la sibylle de Colchide de Cumes (Naples, Italie), Chutes d’Iguaçu (Argentine), Mamomoth Cave (Kentucky USA), Manaus, Mato grosso (Brésil), mont  Epoméo (Italie), Pôle Nord et Sud, Pyramide de Kéops, (Egypte), Uluru (Ayers rock, Australie), et bien sûr Bugarach (Aude, france), sans oublier… sous la patte droite du Sphynx de Giseh (Egypte) ! Alors si vous manquez de destinations, voilà quelques idées à suivre.
La capitale de ce royaume, Shambhala conserverait en son sein des bibliothèques d'archives des Savoirs Perdus des légendaires continents engloutis de l'(Atlantide et Lémurie), serait le refuge des "hommes- éclairs" cités dans le Tjukurpa des aborigènes australiens et la cosmologie Mohawks, mais aussi des civilisations disparues des Mayas et des Aztèques, ainsi que leur trésors cachés avant l'arrivée des Conquistadores.
Le royaume constitue la base de la théorie des partisans de la “Terre creuse” qui affirme que l’intérieur de la terre n’est pas uniquement composée de matière solide, mais d’océans et de masses accessibles à travers de profondes failles à la surface de la terre. Ainsi Jules Vernes décrit son “Voyage au centre de la terre”, en résonnance avec cette théorie, ce qui va nous permettre d’évoquer la littérature consacrée au sujet.

La légende de L’Agartha

Destination “Agartha”. repères
L'Agartha légendaire est apparu au XIXe siècle dans des œuvres de fiction utopistes et des courants spirituels occidentaux intégrant des éléments hindouistes et bouddhistes. Le thème s’est développé au XXe siècle siècle en se liant aux mythes des mondes disparus (Hyperborée, Atlantide, Lémurie ), et à partir des années 1950 aux théories de la Terre creuse. Il a été adopté par des mouvements New Age. Agartha est en général présenté comme un monde idéal dépositaire de connaissances ou de pouvoirs susceptibles de sauver l’humanité.
Le nom d’Agartha, inconnu des textes hindous et bouddhistes, apparaît tout d’abord dans deux œuvres de fiction utopique françaises, Les Fils de Dieu (1873 ) de Louis Jacolliot puis Mission de l’Inde en Europe (1886 ) d’Alexandre Saint-Yves d'Alveydre. En 1922, Ferdynand Ossendowski prétend dans "Bêtes, hommes et dieux" avoir appris des Mongols eux-mêmes l’existence d’Agartha, pays s’étendant sous la Mongolie, dirigé par un Roi du Monde qui apparaîtra en sauveur en temps utile. En Mongolie, en 1920-1921, le prince Choultoun Beyli lui aurait dit : « Ce royaume est Agartha. Il s'étend à tous les passages souterrains du monde entier. C'est un grand royaume comptant des millions de sujets sur lesquels règne le Roi du Monde. Il connaît toutes les forces de la Nature, lit dans toutes les âmes humaines et dans le grand livre de la Destinée... ». Une autre source concernant cette civilisation souterraine est The Smoky God (1908) de Willis Emerson. L'auteur présente le livre comme la relation d'un marin norvégien nommé Olaf Jansen concernant son voyage vers le Grand Nord et son aventure au centre de la Terre. Dans les années 1920, le monde infra-himalayen ou infra-mongol d’Agartha est mentionné par Nicholas et Helena Roerich et repris par René Guénon (qui l’orthographie Agarttha) dans Le Roi du monde (1927), lequel a manifesté, à cette occasion, des tendances plutôt occultisantes.
Après la Deuxième Guerre mondiale, Agartha revient associé à Shambhala dans des ouvrages exposant de possibles contacts entre le IIIe Reich et les forces occultes d’Himalaya et d’Asie Centrale, comme Le Matin des Magiciens (1962) de Louis Pauwels et Jacques Bergier,Nazisme et Sociétés Secrètes (1974) de Jean-Claude Frère et, plus documenté, "Hitler, l'élu du Dragon"de Jean Robin. Enfin quand René Guénon reprend la légende à son nom, c’est pour établir un lien avec le mythe de la terre creuse don't une des entrée se situerait en Amérique du sud…
 
 
A suivre, de près.

sources : wikipédia


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Jeudi 14 Février 2013 à 07:57 | Lu 583 fois