De la littérature souterraine: Gaston Leroux et le Fantôme de l'Opéra

La rubrique de Lady Trog


Connaissez-vous « Le Fantôme de l’Opéra ? » Son auteur, Gaston Leroux, est un peu passé de mode, mais ses héros comme Rouletabille ou Chéri-Bibi nous sont familiers et les titres de ses romans ne vous sont certainement pas inconnus : « Le Mystère de la Chambre jaune », « Le parfum de la dame en noir »… Avocat, puis journaliste et chroniqueur judiciaire, il rédige des feuilletons à succès dans les colonnes du Gaulois. En 1909 apparaissent les premiers épisodes du Fantôme de l’Opéra…


Une sombre intrigue

Le côté parfois un peu décousu du roman provient sans doute de la publication en feuilleton. Si ce n’est pas un chef d’oeuvre de la littérature française, le personnage terrifiant du Fantôme fait partie de l’imaginaire collectif et sa présence hante encore les sous-sols du Palais Garnier. Je vous invite à lire l’article sur les sous-sols de l’Opéra : lac souterrain, usine électrique,  urnes musicales, caveaux de communards et cadavres enfouis alimentent la sombre légende des lieux. Gaston Leroux se base en partie sur des événements réels, à commencer par la chute du lustre de cristal lors d’une représentation et la présence de personnages mystérieux dans les tréfonds du théâtre lyrique. La plupart des personnages et la configuration des lieux, tel que le Lac souterrain, sont également véridiques.
 
Quelle est donc l’intrigue de cette sinistre histoire?
Le jeune vicomte Raoul  de Chagny  est amoureux de la belle cantatrice Christine Daaé dont le talent timide se révèle suite à un pacte avec l’ange de la musique, qui n’est autre que le mystérieux Erik vivant au bord du lac souterrain sous l’opéra.
Le prétendu fantôme est un être de chair et de sang doué de pouvoirs de prestidigitation et passé maître en mystification : ventriloque, il est aussi le roi des trappes et des palais des mirages, qui mèneront le jeune Raoul jusque dans la chambre des supplices. Au bord de la folie et e la noyade, le vicomte et son compagnon Le Persan survivront grâce au sacrifice de la jeune femme qui se résout à épouser le monstre.

On peut dire que cet auteur invente avec le Fantôme  le roman d’épouvante. Il y a chez son sombre personnage du Dante et du Don Juan… Mais son cruel esprit de vengeance et l’irrationalité des ses pulsions en font un héros moderne à vous glacer le sang…

Les trappes

EXTRAITS :
Une fois que, sur la scène, ils passaient devant une trappe entrouverte, Raoul se pencha sur le gouffre obscur et dit : « Vous m’avez fait visiter les dessus de votre empire, Christine… Mais on raconte d’étranges histoires sur les dessous… Voulez-vous que nous y descendions ? » . En entendant cela, elle le prit dans ses bras, comme si elle craignait de le voir disparaître dans le trou noir, et elle lui dit tout bas en tremblant : "Jamais !... Je vous défends d’aller là ! Et puis, ce n’est pas à moi ! Tout ce qui est sous la terre lui appartient !"
Raoul plongea ses yeux dans les sien et lui dit d’une voix rude :
"Il habite donc là-dessous ?
- Je ne vous ai pas dit cela ! Qui es-ce qui vous a dit une chose pareille ? Allons ! Venez ! Il y a des moments, Raoul, où je me demande si vous n’êtes pas fou… Vous entendez toujours des choses impossibles. Venez ! Venez !".
Et elle le traînait littéralement car il voulait rester obstinément près de la trappe, et ce trou l’attirait.
La trappe tout d’un coup fut fermée, et si subitement sans qu’ils aient même aperçu la main qui la faisait agir, qu’ils en restèrent tout étourdis.
"C’est peut-être lui qui était là? finit il par dire. […]
- Mais non ! Mais non ! Il s’est enfermé !il travaille.
- Ah ! vraiment, il travaille ?
- Oui, il ne peut pas ouvrir et fermer les trappes et travailler. Nous sommes bien tranquilles. […] Quand il travaille à cela, il ne voit rien ; il ne mange, ni ne boit, ni ne respire… pendant des jours et des nuits … C’est un mort vivant et il n’a pas le temps de s’amuser  avec les trappes !".

La fuite

Raoul et Christine s'enfuient sous les combles de l'Opéra pour échapper  à la présence souterraine du monstre:

Elle frissonna. Elle se blottit dans ses bras avec un gémissement.
"Maintenant, j'ai peur de retourner habiter avec lui dans la terre!
- Qu'est-ce qui vous force à y retourner, Christine?
- Si je ne retourne pas auprès de lui, il peut arriver de grands malheurs... Mais je ne peux plus! Je ne peux plus! Je sais bien qu'il faut avoir pitié des gens qui habitent "sous la terre". Mais celui-là est trop horrible! Et, cependant, le moment approche ; je n'ai plus qu'un jour? Et si je ne viens pas, c'est lui qui viendra me chercher avec sa voix. Il m'entraînera avec lui, chez lui, sous la terre, et il se mettra à genoux devant moi, avec sa tête de mort! Et il me dira qu'il m'aime! Et il pleurera!Ah! ces larmes!Raoul! Ces larmes dans les deux trous noirs de la tête de mort. Je ne peux plus voir couler ces larmes!
Elle se tordit affreusement les mains, pendant que Raoul, pris par ce désespoir contagieux, la pressait contre son coeur : " Non!Non! Vous ne l'entendrez plus dire qu'il vous aime! Vous ne verrez plus couler ses larmes! Fuyons! Tout de suite, Christine, fuyons! [...]
" Non, non, fit-elle, en hochant douloureusement la tête, pas maintenant... Ce serait trop cruel... Laissez-le m'entendre chanter une dernière fois... Et puis, nous nous en irons. A minuit, vous viendrez me chercher dans ma loge ; à minuit exactement. A ce moment, il m'attendra dans la salle à manger du lac... Nous serons libres et vous m'emporterez... Même si je refuse, il faut me jurer cela, Raoul, car je sens bien que, cette fois, si j'y retourne, je n'en reviendrai peut-être jamais..."


A suivre....

Si ce diabloique roman est un peu oublié des lecteurs, ses avatars cinématographiques dont celui de Brian de Palma, et plus encore la comédie musicale américaine d’Andrew Lloyd Weber (1986), ont ravivé la légende du Fantôme....




Rédigé par Renée Frank le Vendredi 28 Février 2014 à 08:50 | Lu 291 fois