Contes et légendes en troglo (1) : Les Dogons


Camille et Jeanne Fraysse ont récolté la mémoire du floklore des troglodytes angevins dans les années 1960. La culture, osons dire la "civilisation" troglo a ses contes et légendes, différents de ceux du monde "des maisons", car ces demeures proches de la nature laissent libre court à l'imagination et forgent un fort tempérament à ses habitants parfois marginalisés. Une de ces cultures est celle du pays Dogon, née au pied de la falaise de Bandiagara dans le Nord Mali, aujourd'hui mise en danger par les exactions des rebelles de l'AKMI. Alors, raconter des légendes de chez eux, c'est penser à eux, et un peu leur apporter notre soutien de troglodyte du Monde.


L'écho de la falaise Dogon

J'ai découvert un merveilleux petit livre sur les étagères de la médiathèque de Saumur, intitulé "MALI, Parole d'ancêtre Dogon, l'écho de la falaise " par Patrick Kersamé et Zakari Saye", aux éditions Anako.  Les auteurs retranscrivent des chants Dogons sur un CDrom, ainsi que des légendes des villages Dogon. Le Pays Dogon se situe de part et d'autre de la falaise de Bandiagara, longue de 200 km ( dont nous avions parlé dans des articles précédents, à l'occasion d'une exposition au Musée des Arts Premiers à Paris). L'habitat se repartit entre le plateau, la falaise et la plaine. Selon la tradition orale, les Dogon, refusant de se convertir à l'Islam, auraient quitté Mandé vers le 12ème siècle. Après avoir longé le fleuve Niger, ils se réfugièrent dans les falaises de Bandiagara où ils s'installèrent peu à peu entre le 13ème et le 15ème siècles.

Nous relaterons deux contes issus de cet ouvrage. Le premier raconte l'origine de la naissance de la falaise de Bandiagara et s'intitule "Le péteur et le malin".
Contes et légendes en troglo (1) : Les Dogons

"Le Péteur et le malin", ou la naissance de la falaise de Bandiagara

" Il y avait autrefois, tant dans le royaume des hommes que dans celui des animaux, des êtres péteurs et malins.
Dans le royaume des hommes vivait un personnage se croyant plus péteur et plus malin que tous les autres. Un jour, il choisit un boeuf bien gros et bien gras dans son troupeau et partit à la recherche de celui qui serait plus péteur et plus malin que lui. S'il le trouvait, il lui offrirait ce boeuf. Il parcourut le royaume des hommes en long, en large et en travers, mais ne trouva personne qui fût plus péteur et plus malin que lui. De la même façon, il sillonna en vain le royaume des animaux durant trois années avant de revenir dans celui des hommes. De nouveau, il visita chaque village. C'est alors qu'après être entré dans un hameau pour s'y désaltérer, il rencontra un jeune garçon de quatre ans qui jouait au jeu de kintaa (ndlc: jeu consistant à creuser un tunnel et  un trou dans la terre pour faire une trompe en terre destinée à imiter le mugissement des boeufs pour les attirer) sous un arbre. Il envoya l'enfant chercher de l'eau mais, avant de partir, le petit dit à l'homme:
- Si le soleil arrive sur mon trou avant mon retour, prends-le et mets-le à l'ombre.
Trois heures plus tard, l'enfant n'était toujours pas de retour et le soleil vint frapper son trou. Comme le vieux malin voulut le mettre à l'ombre, il creusa un grand trou tout autour du petit pour essayer de l'enlever, mais à chaque fois qu'il voulait y toucher, celui-ci se désagrégeait.
L'enfant revint finalement avec de l'eau.
Comme le vieux 'étonnait du temps qu'il avait mis pour cela, le petit lui répondit:
- J'ai pris soin de puiser uniquement l'eau du jour dans le canari (ndlc: instrument de cuisine) de ma mère, car elle l'avait mélangée avec celle de la veille.
Le vieux lui expliqua qu'il avait voulu mettre son trou à l'ombre mais qu'à chaque fois qu'il avait essayé, il s'était brisé.
L'enfant lui répondit:
- C'est pourtant très facile, il suffit de creuser un trou à l'ombre et de mettre le sable mouillé dedans!
- Où sont tes parents? demanda l'homme inquiet.
- Ils sont partis coudre une mare brisée, répondit imperturbablement l'enfant.
Le vieux s'étonna des propos de l'enfant et réalisa qu'il avait affaire à plus malin que lui. Il lui raconta alors le but de son voyage avec le boeuf. A ces mots, l'enfant paria avec lui. Malin, il l'était assurément, mais péteur? Il lui fallait le démontrer.
Le vieux péta le premier. Son pet devint un grand vent magique qui fit venir tous les cultivateurs dans les champs. Après le passage de cette tornade, l'enfant péta à son tour. Surgit alors la falaise de Bandiagara qui existe encore de nos jours.
Le vieux laissa alors son boeuf et repartit chez lui honteux."


Bon, ça vous a plu? Quelle fantaisie, quel humour "décalé"!  Cest bien une histoire de troglodyte!
La prochaine fois, nous vous raconterons la légende  intitulée "Le retour des femmes",extraite du même ouvrage.
Un grand merci aux auteurs de PAROLE D'ANCETRE DOGON.


Lady  Trog


Rédigé par Renée Frank le Mercredi 5 Décembre 2012 à 05:00 | Lu 252 fois