Alexandre Dubois, « troglophile »


C’est au cours de l’année passée, dans le cadre de ses études qu’Alexandre découvre le troglodytisme. Et pour cause ! Il a fréquenté Jacek Rewersky et découvert le Château de Brézé. Là, c’est le coup de foudre pour ce jeune homme de 28 ans, franco ukrainien revenu pour la saison touristique animer les visites au Château, dans le cadre de ses études au Pôle Universitaire de Saumur : itinéraire d’un amoureux du patrimoine saumurois.


Le château de Brézé

Alexandre Dubois, « troglophile »
Le château de Brézé est vraiment très particulier. Il a été creusé il y a plus de 1200 ans dans le tuffeau, c’est la « roche ». Puis il a été construit en surface avec le tuffeau extrait des douves.  De château fort souterrain, il devient un château fort en surface en 1063. Le donjon date de 1350. Au 16ème siècle, le château fut rasé. Situé sur des terres qui appartiennent aux seigneurs de Brézé depuis le 11ème siècle, le château est fortifié au 15ème. Le château Renaissance de style italien et les dépendances ont été reconstruits au début du 16ème. Une des particularités les plus marquantes du château sont ses impressionnantes douves connues pour être les plus profondes d’Europe. Celle enfin qui nous intéresse est le réseau souterrain et troglodytique, remis "à jour" il y a quelques années.

Parcours

Alexandre Dubois, « troglophile »
Alexandre Dubois est  né à Kiev (Ukraine) et a vécu sa première enfance à Nantes, sa scolarité à Saint Denis, ses études à La Baule, fréquenté l’école des Beaux-Arts à Nantes, puis retour à la case départ de Kiev pour parfaire la langue russe, diplômé de philologie. Son intérêt pour le tourisme et le patrimoine le mène à intégrer l’ESTHUA à Saumur dans le cadre d’études pour devenir guide Interprète national. Le 12 septembre prochain, il doit présenter sa soutenance de stage qu’il a passée au château de Brézé durant le mois de juillet. Pour le mois d’août, il animera la visite de la cathédrale Saint Maurice à Angers qui possède des catacombes…

La découverte des troglos

C’est dans le cadre de ses études au Pôle Universitaire de Saumur qu’il est amené à découvrir quelques sites troglodytiques, dont Souzay-Champigny avec notamment Jacek Rewersky. Mais c’est au Château de Brézé qu’il a le coup de coeur.
Cette” chambre défensive seigneuriale” selon ses propres expressions le ravit.  Que des habitants aient occupé de tels lieux, et utilisent la pierre, le fascine. Il connaissait les troglos d’Espagne, de Tunisie. 
Initiative toute personnelle, Il obtient un stage de guide, et accomplit sa mission durant le mois de juillet. Là il découvre l’interraction avec la nature, la vigne, le vin qui l’interpelle, au point qu’il  commente les dégustations des nectars de Brézé. Et le voilà reparti de plus belle pour l’étape estivale suivante, à Angers.
Tombé amoureux de notre territoire, ne doutons pas de la réussite  du projet qu’il compte mener à terme : parfaitement bilingue, bien au fait du patrimoine, notre homme entend accueillir les touristes russes afin de leur faire partager les richesses de notre région. Souhaitons lui donc bonne chance dans ses entreprises.
 
Fin de l’interview… Alexandre, parle nous du métro de Kiev. Alors voilà, mais ça c’est une autre histoire. Il est question de troglos?
 


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mardi 2 Août 2011 à 10:39 | Lu 1611 fois