Trogs on the Roc


Sept mois de travaux pratiquement seront nécessaires pour réaménager l’ensemble de notre site, rue Cristal à Parnay. Nous en sommes presque aux deux tiers : c’est Beyrouth dans les caves et Bagdad à la grande époque dans la maison dont une partie est semi troglo. Lady Trog a recours aux services de Franck Joyeux (décorateur magicien) qui a décidé « de tout faire péter ». Quant à moi, je choisis l’entreprise Roc Confortation pour rendre mes caves… confortables. Passage de relais dans la relation des travaux sur ce portail entre la Troglo à Plumes et l’empire des Trogs.


Bagdad

Trogs on the Roc
Il était temps d’entreprendre ce chantier d’envergure pour redonner à ces bâtisses leur charme originel et de les doter d’un certain confort thermique, pratique, sans superflu, en essayant de garder notre vision commune de l’authenticité, et de conferrer au lieu une certaine nudité, voire austérité. Chacun sa démarche, tout est possible en troglo. Le lieu s’imprègne du caractère de ses « locataires ». Enduits, teintes claires et douces dans les tons de pierre, matériaux nobles, bois, pierres et ardoises.
Il s’agissait aussi de rendre les lieux perméables à la lumière extérieure, d’agrandir les ouvertures, d’aménager un grenier épuisé par le temps, en pièce à vivre.
Quant au bureau-atelier des Trogs, nous lui avons offert un espace supplémentaire : percement d’un mur, réhabilitation d’une ancienne soue à cochon qui ouvre dorénavant sur un parking paysagé.
Plusieurs corps de métiers interviennent, se croisent, se juxtaposent, bruit et fureur garantis.
 

Beyrouth

Trogs on the Roc
Ces caves, recèlent tel un trésor caché, des siècles d’histoires vécues au quotidien. Ici un coin de bois fiché dans la roche témoigne d’un passé d’extraction, là des fours à fouées dont certains restent encore silencieux. C’est sans compter les pressoirs plus ou moins anciens, le refuge anti aérien situé à 14 mètres sous terre ou l’on retrouve diverses monnaies anciennes. Pour faire court, un troglo comme tant d’autres qui s’est réfugié dans le silence et auquel on veut redonner l’usage de la voix. Etude du terrain, de ses contraintes, nous laissons faire les experts : Christophe Léotod (géologue), Lecouteux-Branly-Lacaze (géomètres-experts), David Pépion (tailleur de pierre, l'Andécave), Grégoire Pierson (Roc-Confortation). Comment redonner vie à ce lieu ? Les idées ne manquent pas. Pour l’instant, le bruit et la fureur dominent.
 
A suivre


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Vendredi 20 Juillet 2012 à 07:21 | Lu 520 fois