La « Géo-logique-troglo » espagnole


L’habitat troglodytique s’est développé là où il a pu, vérité de La Palisse : il y a des troglos partout ! Partout où le terrain le permettait. En Espagne comme ailleurs. Je ne pouvais quitter l’Andalousie sans en savoir plus sur la constitution de ces fabuleux paysages, torturés par l’érosion, et comment nous, fourmis minuscules de l’espace et du temps, avons investi les lieux. Alors, il était une fois…


La cuenca de Guadix-Baza

La « Géo-logique-troglo » espagnole
La « cuenca » c’est un bassin, traduction littérale, un bassin qui s’est formé au miocène, il y a 8 millions d’années. On va tâcher de faire simple, (j’vous dis pas le mal de tête, traductions franco-espagnoles garanties) et ne pas vous submerger de termes techniques.
Ce bassin, il a toute une histoire faite de … mouvements de terrains au sens propre du terme :
Géologiquement parlant c’est « une dépression intramontagneuse néogène enserrée entre la cordillière bétique et  les sierras Nevada, de Baza, et Estancia. », ça vous va ?
Bon, l’Espagne s’est déplacée au cours de temps immémoriaux de quelques deux cent kilomètres, ce qui a provoqué le froissement pyrénéen, les plissements des sierras, leur élévation et la formation (altiplano) du bassin de la cuenca :
-    Il y a 8 millions d’années, la région était une jonction entre l’Océan Atlantique et la Méditerranée.
-    Il y a  7, 5 millions d’années la communication entre les deux mers se referme, au Miocène supérieur ; dans le fond, processus de sédimentation, de dépôts marins qui se sont accumulés.
Dès lors, la zone va subir le choc de l’élévation de la Sierra Madre, et aboutir à la formation d’un réseau fluvial et lacustre.
Il y a 2,5 millions d’années, un nouveau changement paléogéographique se met en place : les deux subdivisions de la cuenca (Baza et Guadix) s’assèchent, après avoir subi les dépôts de sédimentation issus de l’érosion de la sierra Nevada (conglomerats, sable, argiles, calcaire et gypse)
Suit une période de glaciation, accompagnée de formation de glacis, enfin le phénomène d’érosion intense qui aboutit au paysage actuel. Vous me suivez toujours ?

L’épisode « Gorafe »

Vous savez, ce lieu magique, niché au fond d’une vallée où l’on se croirait avec Sergio Leone en Amérique…Et bien, là je ne vous assomme pas avec ma science, les croquis suivants se chargeront du travail. Comment le lent travail de l'érosion aboutit à la formation de cette vallée où ne serpente actuellement qu'un ruisseau.

La « Géo-logique-troglo » espagnole

Et voilà le travail ! Du coup, quoi de plus facile pour nos congénères de s’installer dans cette zone et d’y construire dans un  terrain assez résistant , imperméable à l’eau, tout un réseau de galeries et d’habitations. Vous rajoutez à cela l’insécurité de ces périodes mouvementées,  l’instinct de développer un habitat adapté au lieu et le tour est joué. Et puis, l’argile ça se travaille…


A suivre…
La « Géo-logique-troglo » espagnole


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mercredi 11 Janvier 2012 à 06:01 | Lu 548 fois