Battre la mesure en troglo


Dans le solfège, le triolet est une division exceptionnelle du temps, formée d'un groupe de trois figures égales dont la somme équivaut à deux figures identiques dans un temps normalement binaire. Autre partition, dans le monde souterrain, Jérome et Laurent Triolet (éminents spécialistes des souterrains refuges) donnent le ton, pour notre plus grand plaisir. A l’occasion de la messe annuelle de la “Fête de la science”, Laurent (un des casques bleus vêtu de jaune) a offert une conférence à l’initiative d’Ethni’cité, sise à Saint Remy sur Creuse. “Le tuffeau refuge” dit-il ? Qu’en est-il? Les Trogs gourmands de savoir se sont rendus sur place, vendredi dernier.


Fête de la science en troglo !

Battre la mesure en troglo
L’objectif de l’association Saint Rémy Village Troglodyte est de sauvegarder le patrimoine culturel que constituent les troglodytes de Saint-Rémy-sur-Creuse dans la Vienne. Afin de faire découvrir le site et ses richesses, l’association l’ouvre au public en proposant des visites libres ou guidées ainsi que de nombreuses manifestations. L’association axe également son action en faveur de la transmission des savoir-faire artisanaux de la région. C’est ainsi qu’elle a ouvert les portes de son site à Laurent Triolet, spécialiste du monde des troglodytes, www.mondesouterrain.fr, professeur agrégé de sciences naturelles et entomologiste qui a donné vendredi dernier une conférence sur le thème “le tuffeau, un refuge pour tous”. C'était la fête de la science à Ethni'cité...

Le tuffeau refuge pour tous

Il s’agissait bien sûr d’évoquer la complexité des souterrains refuges, méconnus  puisque issus des temps anciens, difficiles à dater, qui servaient à se protéger des agressions extérieures et des hordes d’envahisseurs ou de mercenaires en quête d’une quelconque richesse villageoise. Donc, pas de traces… sauf pour nos “Men in yellow” qui partent à la recherche du Graal, celui de la connaissance. S’ils ne reviennent pas bredouilles c’est qu’ils les répertorient, se posent des questions, échafaudent des hypothèses qui se précisent à chaque découverte. Nos deux compères, scientifiques de leur état, posent des jalons sur les traces de l’histoire des lieux. Résultat, une heure et demi de suspens où nous nous abreuvons de ce savoir partagé.
Mais le monde souterrain n’est pas fréquenté que par nous autres, hommes des cavernes ! Attention aux blaireaux ! Papillons, et autres vers “solitaires”, y compris nos rhinolophes préférés, adoptent ce mode de vie et s'y adaptent en intégrant un écosystème… C’est drôle de constater que le réflexe est identique et presque identitaire. Défensif, le lieu sait aussi se rendre “agressif”, ne serait-ce que par l’image de peur qu’il véhicule. Equation simple :  réfugions-nous là où la peur est notre alliée. Les agresseurs du monde souterrain véhiculent cette peur, entretenue par les mythes et hésitent à l’entrée des labyrinthes… et oui, le risque c’est aussi cela.
Merci aux frères Triolet de nous faire bénéficier de leurs expériences et de partager cette passion pour le monde souterrain.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mardi 15 Octobre 2013 à 07:15 | Lu 518 fois