Troglodytes et polygames sur Netflix

Troglodytes du monde


« Three wifes One Husband », soit un mari pour trois femmes, voire plus, voilà ce que raconte ce feuilleton documentaire qui a suivi au cours d’une année la vie de familles de Mormons fondamentalistes et polygames installées à Rockland Ranch dans l’Utah. C’est sur Netflix et pas ailleurs.


Des troglodytes qui croient au paradis

Si les troglodytes sont déjà considérés comme des êtres étranges vivant en marge de la société bien pensante, que dire des familles réfugiées depuis deux générations dans le  sud du désert de l’Utah, près de la ville de Moab, cela à l’ombre d’un énorme monolithe de grès rouge? Persécuté pour son mode de vie – la polygamie a été interdite aux Etats-Unis en 1890 – Robert Dean Foster s’est réfugié sur ce site dans les années 1970 pour être à l’abri des regards et des critiques. A coup de dynamite, de vastes excavations ont été creusées tout autour de cet énorme rocher, puis parfois agrémentées de façades. Il s’agit donc d’un habitat souvent semi troglodytique, creusé à flanc de falaise. Chaque mari possède plusieurs maisons reliées entre elles, destinées à abriter chacune de ses femmes avec ses enfants. Il alterne ses nuits entre les épouses. Celles-ci, souvent cooptées par les anciennes, s’appellent sœurs entre elles, et disposent chacune d’un intérieur coquet. La polygamie est un moyen d’accéder plus vite au paradis, en repeuplant le monde d’enfants …

Trois bouquets pour la Saint Valentin

Ces maisons sont équipées de façon moderne, dotées d’internet et ces Mormons, bien que fondamentalistes, ne refusent pas les attributs de la modernité. Le documentaire, en 4 épisodes, que l’on peut visionner sur Netflix, présente en particulier la vie de deux familles : un des fils du fondateur, Enoch Foster, doté de deux femmes et de 13 enfants, est à la recherche d’une troisième épouse et courtise une jeune femme adoubée par ses deux épouses. Son voisin, Abel Morrisson, a déjà 3 femmes et 12 enfants. Il y a des conflits entre la dernière et jeune épouse, enceinte, qui ne trouve pas sa place auprès des deux autres épouses. Alors que son accouchement lui apporte la sérénité et la réconciliation avec ses deux « sœurs » ainées, voilà que son mari doit épouser les deux veuves de son frère pour respecter les dernières volontés du mourant. Ses trois épouses et tous les enfants votent pour accepter ou non les nouvelles venues…  Les femmes sont belles, modernes, coquettes et maquillées, au milieu de leur horde d’enfants dans ce paysage grandiose et sauvage. Elles travaillent, cherchent à harmoniser les liens entre elles, malgré la cohabitation parfois difficile : accouchements à la maison, blues post natal, jalousie, mais aussi moments de tendresse, fêtes, baptêmes, deuil, courses au supermarché, séance de yoga dans le désert, tout est filmé avec beaucoup de pudeur et de bienveillance dans ce décor hors du temps. Les épouses soeurs choisissent avec le mari sur internet la bague de fiançailles de la prochaine promise et les ados très prudes n’ont le droit de se tenir par la main qu’après l’accord solennel du père de la jeune fille. Le fleurt peut alors s’engager sous la surveillance des parents…  Les maris semblent crouler sous le poids des responsabilités : le jour de la St Valentin, il faut choisir trois bouquets différents pour chacune des épouses et veiller à répartir son temps équitablement entre les familles. Les trois femmes d’Abel réconciliées partent ensemble en vacances en Californie au bord de la mer pendant que le mari reste à la maison pour garder tous les enfants… On se demande aussi où ces habitants vivant en quasi autarcie trouvent les finances pour faire vivre la communauté dans une apparente aisance.

Des troglodytes qui attendent l'Apocalypse

Les Mormons fondamentalistes croient en l’Apocalypse et font des provisions pour 3 ans, de quoi survivre comme dans une Arche de Noé en plein désert.  Des épiceries souterraines regorgent de nourriture en prévision de l’avenir incertain. Des cultures autour du Rock sont destinées à l’autosuffisance. Toléré, puis à nouveau interdit, le mariage pluriel peut conduire les Mormons en prison et à la dispersion de leur famille. Les 15 familles abritées à Rock Ranch regroupent une centaine de membres qui vivaient dans la plus grande discrétion, faisant l’objet de tous les fantasmes. Courageusement, ils ont décidé de lever le voile sur leur vie privée en acceptant de participer à ce documentaire. Une ode à la tolérance dans un paysage grandiose.
Dans « Three wives, One husband », les habitants de Rockland Ranch semblent ne jamais transpirer malgré le grand désert qui les entoure ; les enfants semblent ne jamais se rendre à l’école et les femmes n’apparaissent que rarement  débordées par les nombreux bambins qui vivent en grande harmonie sans trop se disputer. La réalité n’est sûrement pas aussi rose que le montre le film mais on s’interroge en se disant : « pourquoi pas ? ». Il fallait bien des troglos pour abriter ces pieux excentriques illuminés mais sincères, au mode de vie en marge de la société américaine.
Le photographe Jim Urqhart a également réalisé un reportage sur Rockland Ranch.
 
L.T.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mardi 15 Janvier 2019 à 15:02 | Lu 313 fois




Nouveau commentaire :
Facebook