Troglodyte Dundee, le Parc de Kakadu

Série australienne (7)


Ayant atterri à Darwin, après avoir récupéré un « Combi » qui devait nous balader à travers l’Outback sur quelques 4500 kms, nous empruntons la célèbre Stuart Highway sur 25O kms, en direction d’Adélaide tout au sud. Rapidement nous bifurquons sur l’Arnhem Highway en direction du Parc National de Kakadu, renommé pour ses espèces animales typiques, surtout réputé pour les peintures aborigènes qu’il abrite et accessoirement sur le lieu de tournage de Crocodile Dundee. Le Parc est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, comme paysage naturel et paysage culturel.



Le Territoire du Nord, l’Outback et le Bush

Parcourir les terres australiennes c’est commencer à s’imprégner de la culture aborigène qui accorde une place fondamentale à l’espace et relative au temps. Nous sommes très loin de nos habitudes, issues de la vieille Europe coloniale.

L’Outback

Le terme recoupe les Territoires du Nord et tout l’arrière-pays semi-aride du continent, grand comme les deux tiers de l’Europe. Le « Bush » qui le caractérise occupe environ 800.000 km2, répartis en deux écorégions de type forêts, bois et broussailles. Nombre de « road-trains », et de caravanes parcourent cette immensité réservée aujourd’hui aux éleveurs et agriculteurs, ou les localités peuvent être distantes de 400 kms !
Traversés par la Stuart Highway du nord au sud, les paysages interminables se succèdent : deux localités peuvent être distantes de 400 Kms reliées entre elles par un fil de lignes droites infinies, scandées par quelques virages et offrent une « monotonie » déconcertante et trompeuse. Petit à petit, au fur et à mesure que l’on s’enfonce dans le continent, la végétation se raréfie pour finalement être remplacée par le désert au nord de Coober Pedy.
Après l’agriculture, l’élevage et le tourisme, l’exploitation minière reste la principale activité économique du Territoire du Nord. L’outback est très riche en fer, aluminium, or, nickel, et opale en abondance. Conséquence première, les Aborigènes se sont vus acculés dans des zones de plus en plus limitées et chassés de leurs terres ancestrales. Le plus gros pourcentage d’entre eux est légalement propriétaire de près de la moitié des territoires intérieurs desservis pas nombre de pistes déconseillées, à moins d’avoir des véhicules adaptés. La majeure partie de ce que nous savons de leurs ancêtres, nous le tenons de vestiges de campements successifs, et surtout grâce à leur art pariétal inscrit  et incrusté dans les quelques sites rocheux, lieux à priori interdits aux non-aborigènes. Ce sont ces espaces sacrés que nous foulons hors du temps à Kakadu.

Le Parc de Kakadu

Kakadu, situé à 250 km de Darwin, mondialement célèbre pour ses merveilles culturelles et naturelles, possède une des plus fortes concentrations au monde de peintures rupestres aborigènes en terre d’Arnhem (19000 km² à l’est du Parc). Le site habité depuis plus de 40 000 ans abrite divers et multiples vestiges des chasseurs et pêcheurs du Néolithique jusqu'aux Aborigènes actuels. Il concentre à lui seul la majorité des paysages australiens : des escarpements abrupts, des marécages denses, des gorges profondes ainsi que des chutes d'eau cohabitent côte à côte dans cette zone qui accueille plusieurs millions de visiteurs chaque année. Vive le tourisme de masse !
En plein centre du Parc, la ville de Jabiru concentre les offres touristiques nombreuses qui parsèment le territoire. Son passé est marqué par le traumatisme lié à l’exploitation du gisement d’uranium : les Aborigènes inquiets de l’impact écologique de ce gisement exploité à partir de 1980, ont fait valoir leurs droits sur ces terres, dans le cadre de nouvelles lois leur accordant des titres de propriété. Ils ont négocié pour que cette région leur soit rendue et ont fait le choix d'en louer 20 000 km² pour la création d'un parc national qu'ils gèrent conjointement avec la direction des parcs nationaux.

Nous avions choisi cette destination pour trois sites prestigieux.
À suivre…
 
Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mercredi 17 Octobre 2018 à 08:08 | Lu 71 fois




Nouveau commentaire :
Facebook