Grottes de pêcheurs au Maroc : Laftès

Chronique au quotidien


Laftès (port) s’abrite dans une enclave rocheuse parsemée de quelques grottes de pêcheurs aux façades bigarrées à quelques centaines de mètres d’Aglou, au sud du Maroc sur la côte atlantique. Les pécheurs sont soumis aux caprices de la mer et aux marées qui déterminent l’accès au grand large.
Il y a quelques jours une embarcation traditionnelle est rentrée avec quelques difficultés. C’est le lot quotidien des efforts fournis par ceux qui animent le lieu.



Retour de pêche

Depuis quelque temps déjà, les arrivages de poissons se font maigres : les dérèglements climatiques viennent s’ajouter à la concurrence des pêcheurs au grand large en provenance de Sidi Ifni et d’Agadir.
Ce jour-là, comme à l’accoutumée une embarcation rentre au port selon une procédure et un parcours bien précis. La barre qui délimite l’accès au port est peu aisée à franchir.

Inch Allah!

C’est chose faite, la barre franchie il faut échouer, puis ramener le bateau sur la terre ferme. Mais il faudra compter une heure d’efforts conjugués et soutenus pour mener à bien l’opération avec l’aide de tous les bras disponibles, y compris celle des badauds et des estivants de passage. C’est que le tracteur qui d’habitude hisse la lourde embarcation n’est pas présent sur les lieux.
Alors on trouve une remorque de secours aux pneus dégonflés, on profite des vagues, on s’aide de rondins de bois, on trébuche, on invective… Bref, le spectacle est dans la salle.
Enfin, le vieux pêcheur laisse son embarcation à l’abri, les casiers … vides. La pêche en poulpe est restée infructueuse ce jour-là. Ce sera mieux demain, Inch Allah!

Inch Allah encore!

Chaque soir, quelques bateaux prennent le large, en fonction de l’état de la mer, et sillonnent jusqu’au lendemain les alentours des côtes d’Aglou dans l’incertitude la plus totale. Chaque année voit son lot d’accidents et de disparitions. C’est la loi de la mer, Inch Allah.
La vie s’écoule paisiblement dans cette anse discrète fréquentée par les afficionados avides de tranquillité et d’authenticité.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Jeudi 23 Août 2018 à 12:02 | Lu 85 fois




Nouveau commentaire :
Facebook