Expériences marocaines en troglo

Techniques de « pointe »


Comme vous le savez, le taux d’humidité constitue un souci majeur pour l’homme des cavernes moderne. Fort de notre expérience saumuroise, nous avons appliqué l’une après l’autre les méthodes traditionnelles pour enrayer le phénomène commun à toutes les façades maritimes pourvues de cavités.


Meschers – Aglou, même combat

Que ce soit à Meschers (Gironde) ou Aglou (cote atlantique sur-Maroc), les habitations sous roche en front d’océan sont fortement soumises aux intempéries marines (vent, pluie et salinité élevée). L’été, les chocs thermiques entre l’extérieur et l’intérieur des cavités engendrent une humidité proche des 90%. Il est courant que la roche, ou les enduits posés sur les murs « transpirent » ou suintent. En saison hivernale, une bonne aération suffit à maintenir un équilibre homogène.

Tentatives infructueuses

Les trois grottes acquises dans le sud marocain nous ont imposé ce défi : comment réduire ou éliminer le surcroit d’humidité principalement l’été ou les contrastes se font violents entre la chaleur extérieure chargée d’humidité et la fraicheur relative des grottes profondes d’environ 6m ?
Nous avons tenté tout d’abord de ménager des ouvertures fenêtres, portes grilles en fer, afin d’aérer les différents espaces : les résultats se sont révélés insuffisants.
Pratiquer des conduits intérieurs pourvus de VMC « à la marocaine », permettant un renouvellement selon les vents, n’a pas démontré une efficacité tangible.
Restait donc une ultime solution mise en place au printemps dernier.

Euréka ! (Géo-trouve tout)

Brahim Boukhous, gardien des temples
Brahim Boukhous, gardien des temples
A force de nous creuser les méninges, aidés dans la réalisation par le Gardien des temples, Brahim Boukhous, nous avons pratiqués différentes ouvertures reliant les différentes pièces de chacun des sites : fenètre intérieure, conduit de 50 cm x 50 cm x 50 cm, et … tunnel (genre souterrain refuge) d’environ 6m de profondeur. Les trois ouvertures ont été pratiquées au fond des cavités.
Jackpot !  les flammes des bougies-test assurent le passage d’un courant d’air non négligeable. Conséquence première : l’odeur d’humidité a disparue, les murs sont… secs.
 
La solution est simple et sans appel. La circulation d’air, ventilation naturelle est la clef de la réussite pour ceux d’entre nous qui connaissent notre préoccupation majeure. Avis aux amateurs.

A retrouver sur www.troglonautes.com
Rejoignez nous sur notre page facebook :
 https://www.facebook.com/troglonautes


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Vendredi 21 Juin 2019 à 17:54 | Lu 212 fois




Nouveau commentaire :
Facebook