Vocabulaire « Troglo »

Infos troglos


Lady Trog m’a offert un « collector » du COLLECTIONNEUR FRANÇAIS daté de 1984 où il est question de … « troglodytophilie ». Je comblais une fois de plus mes lacunes, tout en découvrant au fil du journal de nouvelles infos.
Oyez! oyez! la troglodytophilie désigne, je cite : " la collection de documents ayant trait aux grottes, et habitats souterrains..."


L’Yonne souterraine

on y trouve entre autres une description des grottes d'Arcy-sur-Cure, lesquelles sont situées sur la commune d'Arcy-sur-Cure dans le département de l'Yonne  en France. Certaines abritent des sites archéologiques ou sont des grottes ornées préhistoriques. Entre 1947 et 1963, elles ont été fouillées par le préhistorien français André Leroi-Gourhan. Elles sont partiellement ouvertes au public.
Les peintures pariétales, les plus anciennes actuellement connues après celles de la grotte Chauvet, ont été découvertes en 1990.
« Les grottes, creusées par la Cure au sein d'un massif calcaire datant de l’ère secondaire, ont servi de refuge à l'homme depuis au moins 200 000 ans. La présence humaine s'y est longtemps cantonnée à leur entrée, utilisée comme abri sous roche remontant au Moustérien.
Les peintures, réalisées sur les parois de salles éloignées de 300 à 500 mètres de l'entrée, datent pour les plus anciennes d'environ 28 000 ans, selon des datations établies par la technique du Carbone 14, effectuées sur des restes charbonneux découverts dans ces salles. Elles se placent ainsi au deuxième rang par leur ancienneté, après la Grotte Chauvet (31 000 ans), et bien avant celle de Lascaux (15 000 à 18 000 ans), avec lesquelles elles ne peuvent cependant pas rivaliser par le nombre, puisqu'on n'en a trouvé jusqu'à présent que 160, contre plus de 400 dans la grotte Chauvet et environ 1 900 dans celle de Lascaux.
Malheureusement, on estime qu'au moins 80 % des peintures ont été détruites lors d'un nettoyage malencontreux des parois par un jet à haute pression d'une solution d’acide chlorydrique dans les années 1970. À l'époque, personne n'imaginait que, sous la pellicule de noir de fumée produite par les torches lors des visites des siècles passées pouvaient être cachées des peintures préhistoriques qu'un fin dépôt calcaire rendait invisibles à l'œil nu. »
 

Sus à vos vieux magazines !

Avis aux « troglonautes ! que vous soyez troglovores, troglodytophiles, creusez les sujets dans vos archives…
Vous y trouverez images, témoignages, bibliographies oubliées et lieux... inédits. N'hésitez pas à nous envoyer vos  vieilles cartes postales de troglodytophile!

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.

 



Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Dimanche 17 Avril 2016 à 06:24 | Lu 235 fois