Vices et vertus du Monde Souterrain

Dans les entrailles de la Terre (1/4)


Les portes du Monde Souterrain ouvrent les voies de transit vers le Paradis ou l’Enfer. C’est selon. Les souterrains-refuges, étapes transitoires se comptent à la pelle. Nous les avons redécouverts bien entendu chez nous, en Cappadoce et ailleurs : ils permettaient la survie des populations réfugiées en dessous pour éviter la mort au-dessus.
Ces espaces cachés sont toujours malheureusement d’actualité mais à d’autres fins. Il n’est que de voir les chutes des villes irakiennes, Mossul, Rakka, longuement assiégées par les forces coalisées contre Daech qui a su un temps seulement utiliser « l’art de la guerre souterraine ».


Le souterrain, l'arme fatale

De tout temps, l’homme s’est instinctivement réfugié sous terre pour survivre. Les exemples sont nombreux. Mais ils se sont révélés être des armes offensives aussi efficaces, ainsi à Rakka où les combats se sont déroulés rue après rue mais aussi, cavité après cavité. Une technique éprouvée au Vietnam par Ho Chi Min qui a largement contribué à la défaite des Américains, rapidement assimilée par Daech : résultat, une reprise des villes irakiennes longue et coûteuse, rue après rue, de souterrain en souterrain.

A lire ...

Tout ceci vous est expliqué par notre éminent spécialiste, Jérôme Triolet, auteur de « La guerre souterraine, Sous terre, on se bat aussi », édité chez Perrin, 2011, qui participa à la première série « Les entrailles de la terre ».
Journaliste à Libération et romancier, Jean-Pierre Perrin a également participé à l’émission pour y relater sa propre expérience dans Les  Rolling Stones sont à Bagdad (Flammarion, 2003), qui relate les derniers mois de Saddam Hussein, et Jours de poussière (La Table ronde, 2002), consacré à l’Afghanistan en guerre.
 
https://www.franceculture.fr/emissions/culturesmonde/dans-les-entrailles-de-la-terre-14-de-hanoi-mossoul-quand-la-guerre-se-fait
 

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 30 Octobre 2017 à 10:23 | Lu 111 fois




Nouveau commentaire :
Facebook