Un frigo naturel en troglo ?

Astuces et traditions


Comment conserver une fraîcheur relative notamment pour les aliments (genre beurre, salade fra^cheur, bouteille de rosé…) dans une grotte soumise à des températures allant de 16° l’hiver à 28° en plein été et ne disposant pas du « confort » électrique ? La réponse est d’origine marocaine. La tradition est remise au goût du jour par une jeune femme marocaine.


Antécédents

Il était une fois des fellhas (paysans), vivant dans des contrées arides qui ne disposaient d'aucune source de fraîcheur.
Il était une fois un petit garçon qui devait conserver sa médication quotidienne, et enterrait ses produits.
Il était une fois une jeune marocaine qui prit l'initiative de fabriquer des réfrigérateurs naturels pour les plus démunis;.
C'est ainsi qu'est né "Fresh it", inspiré de la "Khabia" marocaine (jarre en argile) et conçu par Raowia Lamhar, une jeune ingénieur spécialisée en génie des procédés et de l'environnement qui mit au point cette solution inédite.

 

Une jarre (de l'arabe djara "vase d'argile à large bouche") est un grand récipient de terre cuite, de forme variée et de différentes dimensions, possédant davantage de capacités de stockage qu'une amphore, destiné à la conservation (eau, huile, olives) et qui peut aussi servir à la cuisson.
Le principe est simple. Vous enterrez une grande jarre entourée de sable dans un trou creusé dans la terre. L’intérieur de la jarre est également rempli de sable autour d’une jarre plus petite destinée à contenir des denrées « périssables ». Ces différentes épaisseurs vont constituer un rempart thermique qu’il sera nécessaire de garder humide. Et le tour est joué, vous disposez d’un réfrigérateur naturel 100%.
Le projet initié à Zenata (entre Mohammedia et Casablanca) permet de conserver les aliments durant 15 jours dans des conditions optimales, il permet aussi de conserver l’insuline, en état d’usage. Un progrès quand on connaît l’histoire d’Ahmed.
Avec « Go Energyless » Raowia et son équipe se sont mis au travail, après avoir déménagé à Marrakech où l’argile de bonne qualité a développé les savoirs faire des artisans potiers.
Actuellement la jeune entreprise produit 50 unités par mois et diffuse le produit sous deux formes et à deux prix : le premier au design épuré pour les consommateurs « bio » (500 DHS / 50 euros) et un deuxième pour les habitants des zones rurales.

J’étais au courant de cette technique traditionnelle que je souhaitais mettre en pratique dans nos grottes, sur les conseils judicieux d’amis locaux. Raowia Lamhar est venue à point nommé donner une interview sur France Inter…  Les Trogs vont jouer le jeu.  Inch’ Allah.
 
Tel : 064-580-6840
goenergyless@gmail.com
www.goenergyless.com


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Dimanche 27 Août 2017 à 10:22 | Lu 99 fois