Un Satellite sur la planète troglo


La nuit de la Saint-Sylvestre, nos pas nous avaient conduit dans le quartier escarpé du Sacromonte à Grenade : l’ancien quartier a perdu son côté authentique et les traces de cuevas habitées par les gitans ont pratiquement disparu. Alors que la nuit tombait et que nous nous apprêtions à quitter les lieux, Patrick a photographié une dernière cave qui semblait abandonnée. Surgi dans les feux du crépuscule du dernier jour de l’année, le maître des lieux nous a invité à entrer dans sa cueva.


Un squat protégé par l’Unesco

Un Satellite sur la planète troglo
Le quartier du Sacromonte et de l’Albaicin qui font face aux palais de l’Alhambra sont inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Les populations qui y vivent sont censées être protégées par la Loi. Cela n’empêche pas la police espagnole de venir régulièrement expulser les quelques squatters pacifiques qui ont élu domicile dans les anciennes caves abandonnées par les familles sédentarisées de gitans. Parmi eux, un routard prénommé Satellite. Un grand escogriffe, environ 35 ans. Polonais d’origine,  Satellite a vécu dans 33 pays différents, et  posé son sac à Grenade il y a 4 ans. Sa cave n’a ni eau, ni électricité, mais il y fait bon même en hiver, à l’abri sous une carapace d’argile. Satellite s’éclaire à la bougie et se lave dans la rivière ou dans les toilettes publiques. Il sait construire des murs de torchis et vit des travaux saisonniers. A Grenade, il vend des bières aux touristes et crée des bijoux. Mais sous ses airs tranquilles, il est en révolte contre le système.

Les troglos sont à tout le monde

Un Satellite sur la planète troglo
Satellite est écologiste convaincu, anti capitaliste virulent, pessimiste pour l’avenir et pacifiste dans l’âme. Il tient des discours philosophiques et vit à son rythme, avec un chat pour seul compagnon. Mais sa porte est grande ouverte, et il nous a invité à partager un verre. Il me fait l’effet d’un Sage vivant dans sa grotte, comme Diogène dans son tonneau. Rencontré un 31 décembre au soir à la nuit tombée, Satellite, qui porte si bien son nom,  est aussi comme un Petit Prince tombé des étoiles. Il nous apprend aussi que les caves sont un abri universel. Elles sont à tout le monde, du moins à celui qui en franchit la porte et y allume une lumière. Le temps s’est arrêté à l’écouter raconter sa vie, à la lueur de la bougie. Il nous a fallu reprendre la route, mais nous conservons dans notre cœur cette rencontre inattendue comme seule peut en initier la grande famille des troglos…
Je souhaite une très belle année à tous les Satellites errants de la planète.

Lady Trog

Le mot de Mister trog : le Sacromonte, suite et fin

Un Satellite sur la planète troglo
Moi aussi, j’ai mon mot à dire, on a failli s’étriper sur qui allait écrire l’article. Lady trog a emporté le morceau, mais m’en a laissé une partie. Alors juste quelques mots.Le hasard traine au détour du moindre parcours, sous le regard bienveillant des étoiles. Ce soir là il nous conduit chez Satellite, comme un signe des temps. Les rencontres sont scintillantes en cette fin d’année. Un soir de Réveillon comme je les aime, inattendu, impromptu. Oui la rencontre improbable d’un satellite échoué quelque temps dans le coin le plus reculé d’un Sacromonte hyper touristique. Apéritif de choix : deux canettes de bière et une discussion à bâtons rompus avec un « égaré » de la planète. Sauf que son discours sonne juste et que je me demande qui est le plus égaré. On trouve souvent la présence d’ermites dans la mémoire de lieux troglodytiques. Celui la vient du futur. D’un futur proche qui me donne envie de partir dans sa direction, où il est question de protection de l’environnement, de respect de l’individu, de consommation décente et d’humilité. Ca tombe bien, on est au fond d’un troglo-refuge, d’une caverne qui bat de douces pulsations, face à un être empreint d’humanité, de simplicité qui nous distille sa foi, et sa volonté féroce de bouger le monde à sa façon. Demain sera-t-il  vraiment un autre jour ? Voilà les vœux que nous nous souhaitons réciproquement. T’es ou Satellite ? Hasta la vida.

Mister Trog.


Rédigé par Renée Frank le Mardi 17 Janvier 2012 à 07:21 | Lu 604 fois