Trip en troglo (1) : Montquartiers, Issy les Moulineaux


Pour vous, rien que pour vous, les Trogs ont découvert les crayères à Issy-les-Moulineaux (92), dans la proche banlieue sud-ouest de Paris, qui recèle des trésors insoupçonnés sous la voie de chemin de fer du R.E.R. Connue pour ses moulins à eaux, d’où la ville tire son nom : « ici, les moulins à eau ! », elle fut aussi le berceau d’une activité minière importante, celle de l’extraction de la craie, destinée ensuite à la fabrication de la chaux ou du blanc de Meudon.


Des carrières longtemps oubliées

Comment l'architecture allie tradition et modernité
Comment l'architecture allie tradition et modernité
Accompagnée de Monica, chargée de communication, je pars à la découverte de celle qui nous intéresse aujourd’hui. Son entrée se situait autrefois au  n°139 de l’avenue : les crayères des Montquartiers n’auraient sans doute jamais vu le jour sans l’esprit d’entrepreneur et l’imagination d’un promoteur immobilier, Gérard Trouvé au nom prémonitoire. Alors qu’il avait acheté le site en vue d’un projet immobilier,  il trouve littéralement, redécouvre,  ces carrières oubliées depuis la seconde Guerre Mondiale et décide alors de les réhabiliter. Le site avait connu auparavant des vocations successives : carrière à partir de 1820, champignonnière, dont l’activité a dû être abandonnée à cause des odeurs de fumier, elle a aussi abrité la plus grande brasserie d’Europe, comme en témoignent des photos d’époque : l’essor de la Brasserie des Moulineaux remonte au milieu du XIXème siècle et aura employé jusqu’à 220 employés en 1936, avant de connaître un déclin économique. Abri anti-aérien de la défense passive pendant les bombardements, le site a ensuite été occupé par les Allemands, dont la présence a laissé des traces sous la forme de bétonnage et de plaques de rues souterraines, afin de s’orienter dans ce damier géant.

Halloween sous les rails

Les Crayères n'ont rien à envier de nos caves saumuroises...
Les Crayères n'ont rien à envier de nos caves saumuroises...
Le nouveau propriétaire a fait de ce site un lieu de stockage pour le vin destiné aux tables parisiennes. Les allées souterraines où circulent des transpalettes affairés portent le nom de grands crus.  Une partie de ces crayères est aménagée pour l’accueil d’événements et a même abrité un temps un restaurant. Une Venus hottentote veille sur ce haut lieu des soirées parisiennes, que l’on vous recommande pour Halloween : ambiance garantie, et pas de risques de gêner les voisins (vidéo consultable sur Youtube). En surface, les trains continuent de passer jusque tard dans la nuit. Aujourd’hui, pour répondre à  l’intérêt historique suscité par les Crayères des Montquartiers, des visites guidées du site sont organisées pour les groupes (20 personnes minimum). Il est question d’ouvrir au public, avec la bénédiction de la municipalité. Une troupe de théâtre propose les dimanches un parcours animé et à la sortie, vous pouvez vous régaler de spécialités basques. Décidemment, notre sous-sol est plein de ressources cachées…
Pour en savoir plus : www.crayeres-montquartiers.com

Un dédale de rêve pour Halloween, pensez y!
Un dédale de rêve pour Halloween, pensez y!
Les Trogs remercient Monika et les Crayères des Montquartiers pour leur accueil et leur disponibilité.
Un prochain article détaillera l’activité générale des crayères isséennes, dont les entrées se trouvaient  le long de l’avenue de Verdun.


Rédigé par Renée Frank le Jeudi 1 Décembre 2011 à 08:52 | Lu 2067 fois