Souterrains fantastiques (1)


Continuons donc nos explorations dominicales. Vous connaissez maintenant Shéhérazade, et les Contes des Mille et une nuits . Après Ali Baba, voici les voyages extraordinaires de Sinbad le Marin. Là encore, nous nous retrouvons dans un univers souterrain notamment dans le quatrième et septième contes. Ce dernier a été magnifié et célébré au cinéma.


Souterrains fantastiques (1)

Sinbad le Marin

Les Mille et Une Nuits est un recueil qui narre les 1001 nuits où la jeune Shéhérazade, la fille aînée du grand vizir, invente une multitude de contes pour distraire son mari, le cruel roi de Perse, et échapper à la mort. On y trouve en particulier  les mésaventures d’Ali Baba mais aussi les aventures de Sinbad le Marin, déclinées en sept voyages.
Vers la fin de la 536ème nuit, Shéhérazade débute l'histoire de Sinbad : à l'époque de Haround- al-Rachid, calife de Bagdad, un pauvre livreur du nom de Hindbad prend une pause sur un banc près de la grille de la maison d'un riche marchand. Alors qu'il se plaint à Allah des injustices d'un monde qui permet aux riches de vivre pleinement alors que lui doit travailler d'arrache-pied et demeurer pauvre, le propriétaire des lieux l'entend et l'envoie chercher. Le riche Sinbad dit au pauvre Hindbad qu'il est devenu riche par la chance, au cours de ses sept voyages fantastiques qu'il va maintenant raconter au petit béta de la marine.La saga de Sinbad  se décompose en sept contes qui ont fait l’objet de nombreux films.

Le septième voyage…

Souterrains fantastiques (1)
Celui qui retient toute notre attention est Le septième voyage de Sinbad (1958), film américain de Nathan Jura (Avec Kerwin Matthews, Kathryn Grant, Richard Eyer, Torin Thatcher, Alec Mango, Danny Green, Harold Kasket).
Notre héros du jour s’apprête à épouser la jolie princesse Parisa, une union qui aura le grand mérite de seller la paix entre les villes ennemies de Chandra et Bagdad. Mais pour récupérer sa lampe merveilleuse, le magicien Sokurah veut entraîner Sinbad sur l’île des Cyclopes, en réduisant Parisa au dixième de sa taille… Voilà pour l’intrigue.
Depuis le magnifique Voleur de Bagdad de Ludwig Berger, jamais les contes de Mille et Une Nuits ne furent si flamboyants à l’écran. Le film recèle une séquence d’anthologie : la lutte entre Sinbad et un squelette armé d’une épée, les danses d’une femme serpent, le tout sur une musique qui évoque tour à tour “la danse macabre” de Saint Sens, “Casse Noisette” de Tchaïkovsky ou encore le sacre du Printemps d’Igor Stavinsky. Rajoutez-y les trucages et les décors de Harry Hausen et plongez dans cet univers féérique et souterrain, (toujours sombre et angoissant) parfois un peu désuet. Et oui, encore une fois, mythologie oblige, le monde souterrain est peuplé de créatures inoubliables : “une femme serpent qui annonce la Méduse du Choc des Titans, un gigantesque oiseau Roc bicéphale et son « poussin », un superbe dragon quadrupède enchaîné à une grotte, et bien sûr les fameux cyclopes, entrés au panthéon des plus beaux monstres de l’histoire du cinéma fantastique.”
 

 

Souterrains fantastiques (1)
 Rejoignez-nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Dimanche 26 Mai 2013 à 08:56 | Lu 366 fois