Retour dans la Chine des Troglos


Deux années se seront écoulées avant que je ne foule de nouveau le sol chinois : c’est pour aujourd'hui lundi. 30° garantis à Beijing, sans doute un peu plus à Fuyihe, mon village que je rejoindrai après un bref séjour dans la capitale chinoise. Alors, pour tromper mon impatience et histoire de me changer les idées, nous avons décidé Lady trog et moi-même de nous rendre à une centaine de kilomètres de la ville sur-urbanisée, à la découverte... de troglos!


Retour à Beijing

Retour dans la Chine des Troglos
Mon “Pékin Express”, je le fais à vélo et à mon rythme dans cette ville qui me fascine. Histoire de me remettre dans le bain, palier de décompression nécessaire avant d’entreprendre un nouveau petit périple pour découvrir de nouveaux troglos. On ne se refait pas. Il y a Zhoukoudian, appelée “la grotte de l’homme de Pékin” : située à 50 kms au sud-ouest de Beijing, le site offre aux touristes “la maison de l’homme singe chinois”.
En 1929, la Chine découvre un crâne (200-500 mille ans) : l’homme qui vivait là a choisi sa résidence parce que les grottes de calcaire et les crevasses offrent un excellent habitat. Un musée constitué de nombreuses salles rassemble fossiles, outils... En outre, on peut voir les grottes réelles dans lesquelles l'Homme de Pékin a vécu. La grotte (salle n°1), d’ une hauteur de plus de 40 mètres, mesurait à l'origine 140 mètres d'est en ouest. elle a été occupée pour la première environ il y a 500.000 ans, et on estime que l'Homme de Pékin a maintenu cette résidence au cours d'un quart de million d'années. Mais il y a aussi les grottes de Gu Ya Ju, à 90 kms au nord-ouest de la capitale.

Les caves troglodytes de Gu Ya Ju 古雅居

Retour dans la Chine des Troglos
C'est un ensemble d'habitations troglodytes perchées dans les hauteurs des falaises de Yanqing. Ces habitations, qui datent de la dynastie Tang (618-907 ap. J.C.) sont bien conservées même si un tremblement de terre, en 1976, a "ouvert les collines en deux".  Il faut environ une heure et demi de trajet pour s'y rendre. On peut découvrir sur plusieurs niveaux diverses pièces à vivre : chambres, cuisines...  soit 131 espaces qui illustrent l'ingéniosité de ces habitants qui ont réalisé de savants trous de ventilation, des systèmes de drainage et de chauffage du village. on note aussi la présence d'animaux domestiques. Les environs peuvent faire  l'objet de randonnées ou d'excursions. Nul doute que c'est ce dernier site qui va attirer les Trogs.

Retour à Fuyihe

Retour dans la Chine des Troglos
Une fois ce reportage réalisé, quelques heures d'avion me sépareront de mes retrouvailles avec Fuyihe, mon village (et oui, je me l'approprie sans vergogne), ma famille chinoise, Maître Guo et mon bout de Fleuve Jaune. Lorsque j'ai quitté le village il y a deux ans, il était encore  difficilement accessible, spécialement par temps de forte pluie ou de neige. Des travaux de grande ampleur avaient été entamés alors, nouvelle route trois voies, tunnel... La tranquillité, la sérénité du village sont elles toujours de mise? réponse dans quelques semaines...
Peut-être aussi que les mailles du net s'étendent jusque-là et que nous pourrons vous donner des nouvelles en "direct"?
Fin de transmission.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 30 Juillet 2012 à 07:27 | Lu 845 fois