Pologne : mine de rien, mines de sel


Ça y est! plus besoin de me déplacer! Les reportages viennent à moi sans que j’ai besoin de me déplacer, génial non? En l’occurrence, une amie part en Pologne l’été dernier avec la promesse de me ramener des infos et des photos des mines de Wieliczka. Promesse tenue, merci Sandrine. Alors! Il était une fois…


Wieliczka, Pologne

Pologne : mine de rien, mines de sel

Wieliczka est une petite ville de 20 000 habitants située à 14 kms de Cracovie, notamment connue pour ses gisements de sel. Depuis le XIIIe siècle, Wieliczka exploite son gisement de sel gemme souterrain sur 9 niveaux et 300 km de galeries. C'est la plus ancienne mine de sel en Europe encore exploitée à ce jour. Elle abrite aujourd'hui un centre de conférences de plus de 1000 places permettant d'organiser des spectacles et des compétitions sportives à 125 m sous terre et un musée. Enfin, à plus de 200 m sous terre se trouve un sanatorium.

Le musée se trouve a 135 mètres de profondeur, des visites sont organisées toute l'année.

 

Les Mines et l'Unesco

Pologne : mine de rien, mines de sel

Les mines ont été inscrites en 1978 au  Patrimoine Mondial de l'UNESCO, car à une centaine de mètres de profondeur se trouve la Chapelle de la bienheureuse Kinga de Pologne entièrement réalisée en sel, du sol au plafond, que ce soit les reliefs, les statues, les sculptures ou encore les lustres. De nombreuses scènes bibliques y sont représentées. C'est une oeuvre unique au monde.

Les mines de sel de Bochnia, assez proches de Wieliczka, font partie du même filon géologique. Les deux mines ont été exploitées de concert du 13ème siècle jusque tard dans le 20ème siècle. Elles représentent l’une des plus anciennes et des plus importantes exploitations industrielles européennes et, à ce titre, témoignent du système sociotechnique de l’exploitation souterraine du sel gemme. en Pologne et illustrent les étapes historiques du développement des techniques minières en Europe, du XIIIe au XXe siècles. 

Quand on y ajoute le Château des salines de Wieliczka, on se retrouve face à un ensemble qui donne une nouvelle dimension à la V.U.E (valeur universelle exceptionnelle), critère de sélection de l'UNESCO

"Cependant, si la plus grande partie de la structure conservée est celle du XVIIIe siècle, le témoignage technique vient essentiellement des  XIXe et XXe siècles. La connaissance technique pour les périodes plus anciennes provient surtout de la documentation historique et des restitutions qui en découlent, parfois un peu sur-interprétées, que de témoignages directs."


Il était une fois… à Wieliczkam

Pologne : mine de rien, mines de sel

Avant d'entamer la descente dans les mines, nous vous proposons une petite histoire. Le site est célèbre pour les sculptures de sel, taillées dans les blocs et qui illustrent la légende liée à la découverte de la mine. Cette légende raconte qu'une jeune princesse hongroise, prénommée Kinga, reçut du prince polonais Boleslas V une magnifique bague de fiançailles qu'elle laissa tomber par mégarde dans un puits, à proximité d'une mine de sel que lui avait offerte son père le Roi Bêla juste avant qu'elle ne se mette en route pour ses noces. Un peu avant de parvenir à Cracovie, le voyage étant long et harassant, le cortège s'arrêta une dernière fois. Ne trouvant pas suffisamment d'eau pour désaltérer ses gens et ses bêtes, la princesse ordonna de creuser un puits là où elle se trouvait, près du village de Wieliczka. C'est alors que l'un des hommes sentit en creusant qu'il atteignait quelque chose de très dur  : il remonta un gros bloc de sel, à l'intérieur duquel scintillait la bague de fiançailles perdue.

Une autre légende veut que des lutins viennent aider secrètement les mineurs, les protégeant des inondations et des éboulements, ce qui explique la présence de nombreux lutins sculptés dans le sel un peu partout dans la mine.
 

à suivre...


Pologne : mine de rien, mines de sel
Merci à Sandrine Blanc pour sa collaboration.

Vous aussi, Troglonautes et Globtronautes, n'hésitez pas à nous envoyer vos reportages sur contact@troglonautes.com!

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.



Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Samedi 28 Décembre 2013 à 11:45 | Lu 286 fois