Poisson d’avril à l’indienne

Tradition oblige !


Voila un filet de pêche, destiné à nos chers élus pris dans les mailles du second tour. Certains passent au travers, pas tous. Petit poisson deviendra grand…
Non, en l’occurrence, ne mordez pas à l’hameçon!


En fait, il s’agit … d’un attrapeur de rêves (“Dream Catcher” comme il disent aux States, bof, je préfère la traduction made in france).  Vieille coutume indienne (Navajo).
Voilà comment ça se danse : vous faites un cauchemar, il reste dans le filet. Vous rêvez “positif” et c’est tout bénef, à condition d’y croire : le filet retient les ondes maléfiques et laisse passer les bons présages, comme les urnes filtrent les bulletins de vote. Après tout c’est chacun qui voit. C’était le billet d’humeur de M. Trog, en ce jour festif.
 
Si l’origine exacte de l’utilisation des poissons reste obscure, il semble que beaucoup de personnes eurent des difficultés à s'adapter au nouveau calendrier, d'autres n'étaient pas au courant du changement et continuèrent à célébrer le 1er avril selon l'ancienne tradition. Pour se moquer d'elles, certains profitèrent de l’occasion pour leur remettre de faux cadeaux et leur jouer des tours. Les cadeaux que l'on s'offrait en avril étaient le plus souvent alimentaires. Cette date étant à la fin du Carême, période de jeûne durant laquelle la consommation de viande est interdite chez les Chrétiens, le poisson était le présent le plus fréquent. Lorsque les blagues se développèrent, l'un des pièges les plus courants était l'offrande de faux poissons. Ainsi naquit le fameux poisson d’avril, le jour des fous, le jour de ceux qui n’acceptent pas la réalité ou la voient autrement
 
Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.
 
 


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mardi 31 Mars 2015 à 23:18 | Lu 176 fois