Mythologie du monde souterrain : Orphée aux Enfers (1)


Le mythe d'Orphée aura fait couler beaucoup d'encre, en particulier celui de sa descente aux enfers, à la recherche de son amour, la muse Eurydice : dans la littérature antique, il est chanté par les poètes, dans "Les Géorgiques" avec Virgile ou dans "les Métamorphoses" d'Ovide . Le mythe a alimenté la peinture, le théâtre comme le cinéma. Petite descente souterraine en compagnie du poète...


La littérature antique

Mythologie du monde souterrain : Orphée aux Enfers (1)
Orphée est fils d'Oeagre, roi de Thrace, et de Calliope, la plus importante des Muses. Joueur de lyre et de cythare, chanteur, musicien et poète, il envoûte au moyen de son art, les dieux, les hommes, les animaux et même les objets inanimés comme les pierres et les montagnes. Enchantées, les bêtes sauvages le suivent. Les arbres s'inclinent sur son passage. La nature lui fait cortège.
Orphée participe à l'expédition des Argonautes et sauve ses compagnons grâce à son art et à ses envoûtements. Mais il est surtout connu pour avoir pénétré dans les Enfers pour aller sauver en vain Eurydice : celle-ci poursuivie par les ardeurs du berger Aristée, s'enfuit dans la campagne et meurt mordue par un serpent. Orphée est inconsolable et décide d'aller rechercher sa femme aux Enfers.

Le héros est chanté par les poètes de l'Antiquité:

"A son chant, du tréfonds de l'Erèbe, les fantômes des morts, les ombres transparentes montent aussi serrées qu'oiseaux parmi les feuilles" .
VIRGILE, LES GEOGIQUES :
http://www.mediterranees.net/mythes/orphee/georgiques-laignoux.html


Par le jeu de sa lyre, Orphée charme les démons. Perséphone elle-même est touchée  et prend en pitié un homme qui manifeste avec tant d'art l'amour qu'il porte à son épouse. Elle lui promet le retour d'Eurydice à la lumière, mais y met ses conditions : qu'Orphée marche devant la captive délivrée et qu'à aucun moment il ne lui parle ni ne se retourne pour la regarder.
Orphée accepte et prend le chemin du retour. Suivi d'Eurydice, il est tout joyeux de l'avoir retrouvée et de la ramener à la vie. Mais le voyage est long et bientôt des doutes germent dans son esprit. Perséphone ne l'a-t-elle pas trompé? Sa bien-aimée est-elle bien derrière lui? Il se souvient aussi des conditions imposées par la reine des Enfers et fait effort pour ne pas se retourner. Mais son incrédulité grandit peu à peu.
Tout à coup,n'y tenant plus, il tourne la tête et il voit Eurydice disparaître et mourir à nouveau.

Orphée [...] la reçoit sous cette condition, qu'il ne tournera pas ses regards en arrière jusqu'à ce qu'il soit sorti des vallées de l'Averne ; sinon, cette faveur sera rendue vaine. [...] Ils n'étaient plus éloignés, la limite franchie, de fouler la surface de la terre ; Orphée, tremblant qu'Eurydice ne disparût et avide de la contempler, tourna, entraîné par l'amour, les yeux vers elle ; aussitôt elle recula, et la malheureuse, tendant les bras, s'efforçant d'être retenue par lui, de le retenir, ne saisit que l'air inconsistant. »
OVIDE, LES METAMORPHOSES:

Alors il revient sur ses pas, se précipite, veut pénétrer  une nouvelle fois dans les Enfers. Charon se met en travers de la route, il garde la porte et est intraitable. La délivrance ne se renouvellera pas et Orphée doit retourner chez les humains seul avec toute sa douleur.

" Aux premières lueurs, il s'était arrêté ; vaincu, oubliant tout, hélas! le roi cruel rompit son pacte et le tonnerre emplit ses profondeurs - Qui m'a perdue, infortunée, avec toi, mon Orphée? Quelle affreuse folie... et voici qu'à nouveau je pars. Destin cruel! Une torpeur me gagne toute! allons adieu! Je suis dans une immense nuit, tendant vers toi ces mains, hélas! qui ne sont plus à toi" .
VIRGILE, LES GEOGIQUES

Orphée au cinema

Mythologie du monde souterrain : Orphée aux Enfers (1)
"Orphée" (1950) et  "Le testament d'Orphée" (1959):

Interprétation cinématographique et moderne du mythe, "Orphée" est réalisé en 1950 par Jean Cocteau , avec Maria Casarès et Jean Marais :  la descente aux Enfers passe par  le passage d'Orphée  à travers le miroir. Si Eurydice revient parmi les vivants, la  mort est  à nouveau au rendez-vous ...  dans le rétroviseur de la voiture où Orphée aperçoit son regard.
"Le Testament d'Orphée" est tourné en partie au Val d'Enfer et dans les carrières des Baux de Provence. Jean Cocteau, qui tourne son dernier film, et déjà hanté par la mort, joue lui-même le rôle du poète antique.
http://www.youtube.com/watch?v=KCYcWpMDWLQ&
http://www.youtube.com/watch?v=W2NyAiJNsn8



"Orfeo Negro", film franco-brésilien, est  mis en scène par l'écrivain Albert Camus au cinéma en 1959. Le scénario est  conçu d'après la pièce de Vinicius de Moraes et  transpose le mythe dans les favelas de Rio pendant le carnaval. Le film, dont la musique consacre les rythmes brésiliens,  obtient la palme d'or à Cannes en 1959.
http://www.dailymotion.com/video/x3c8zk_orfeu-negro-extrait-du-film_shortfilms#.UZvet0onKVo


En 2012, Alain Resnais offre une vision du mythe construite en poupées russes, histoire qui traverse  trois générations de comédiens, dans " Vous n'avez encore rien vu", avec une brochette d'acteurs et d'actrices de talent  dont Sabine Azéma, Pierre Arditi, Lambert Wilson, Mathieu Amalric, Michel Piccoli, cela d'après la pièce de Jean Anouilh, "Eurydice".

Le théâtre, la musique et la danse

Mythologie du monde souterrain : Orphée aux Enfers (1)
Orphée sur les planches:

Jean Anouilh, dont l'oeuvre tourne autour de la réinterprétation des mythes antiques (Antigone, Médée) met Orphée en scène en 1942, mais aussi les plus grands dramaturges américains comme Tennessee Williams avec "La descente d'Orphée " (1957) sont inspirés par ce mythe universel.

La musique, l'opéra  et la danse ne sont pas en reste :
Monteverdi, Gluck, Offenbach, mais aussi Darius Milhaud ou Igor Stravinsky écrivent leur descente aux enfers.
Parmi les interprétations modernes : Philip Glass, dans un hommage à Jean Cocteau, crée en 1991 un opéra de chambre. En 2010, José Montalvo au théâtre de Chaillot  réinterprète le mythe dans une nouvelle chorégraphie.

Orphée et Eurydice est aussi l’une des pièces majeures de Pina Bausch, au programme de la saison 2013-2014 à l'Opéra de Paris : la chorégraphe donne corps à la partition de Gluck et instaure un dialogue permanent entre le chant et la danse, dédoublant chacun des principaux rôles. Au-delà de la mythologie, le ballet évoque la fragilité de la condition humaine et plonge dans une douloureuse introspection.
http://www.operadeparis.fr/saison_2013_2014/Ballets/orphee-et-eurydice/decouvrir/presentation/video

A réserver sans plus attendre!
A suivre...

Lady Trog

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Renée Frank le Samedi 8 Juin 2013 à 07:51 | Lu 2289 fois