Mr Trog par lui même

Les perles : Portrait "troglo’dites"


Il n’y a pas de hasard, disent certains. Je me suis vertigineusement penché sur mon cas, à la suite d’une recherche administrative. Rires (lol) : je suis né dans l’infirmerie d’une mine de charbon dans l’ Ouest (le petit) marocain. Peut-être est-ce là que s’est déclenchée (merci maman, merci papa) mon attirance pour les trous. Il était une fois Jerada… le monde souterrain en marche.


Jerada est une commune et une ville, chef-lieu de la province de Jerada, dans la région de l'Oriental.
Cette ville aux couleurs rouge-brique s'est développée avec l'exploitation de la houille (charbon) à partir de la fin des années 1920. Elle est située à une soixantaine de kilomètres au sud d'Oujda. C’est là que Mr Trog passa une enfance… dorée.  D’où la faculté d’adaptation de votre serviteur.
La qualité du charbon (anthracite) qu'on y extrait est parmi les meilleures au monde. La mine a du fermer ses portes, car le coût d'extraction devenait de plus en plus insoutenable face aux centrales électriques. Paraît -il que mon parrain (l’accoucheur) fabriqua une « couveuse » de fortune avec les moyens du bord : d’où mon aversion pour l’électricité.
Sa date de naissance remonte à 1927 (la mienne un peu plus tard), pendant le protectorat français au Maroc. La population est faite de migrants (voire martiniquais !) de différentes régions du Maroc, fortement attachés à leur terre d'origine. (Oui). Progressivement, il s'est créé une population stable, unie par un même mode de vie et dont l'appartenance véritable devient le milieu ouvrier du centre minier. À travers le temps, le travail des hommes a donc donné naissance à un véritable centre industriel qui a créé sa propre collectivité dont il prend en charge tous les problèmes d'intérêt général. Les anciens ouvriers se sont fixés définitivement à Jérada. Elle s'est consolidée à la génération suivante avec les enfants qui sont nés et qui ont grandi dans ce milieu et ignorent celui de leurs parents.

Et voilà l’travail ! Vous comprendrez bien pourquoi cette naissance semi traumatique a sans doute préludé à mon attachement progressif au Monde Souterrain et à mon amour … des trous.
Votre serviteur.


Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.
 
 


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 2 Mars 2015 à 06:14 | Lu 201 fois