Mines de rien, mines de sel (2)


Comment concilier extraction et tourisme ? Si la question se pose pour le future des Ardoisières, elle ne se pose plus à Wieliczka, qui a exploité son gisement de sel gemme souterrain sur 9 niveaux et 300 km de galeries depuis le 13ème siècle. Actuellement, d’autres activités parralèlles ont pris le pas sur la production et l’exploitation. Le site est inscrit dans la dynamique de l'Unesco au titre de la V.U.E (Valeur universelle exceptionnelle).


C’est “sel que j’aime”

Les mines de sel de Wieliczka, La formation salifère est géologiquement constituée de strates évaporitiques du Miocène. L’ancienne mer qui occupait la région au Miocène s’est évaporée et a laissé cet immense dépôt de sel. L’extraction de sel daterait de plus de 5000 ans dans la région (fin du Néolithique).
L’exploitation de la mine prend surtout son essor au XIIIème siècle. Le saunage provenait probablement de l’exploitation de la saumure extraite d’un puits (datant du XIIème siècle) avant l’extraction du sel-gemme (méthodes minières), en polonais, Kopalnia soli. Wieliczka comprennent neuf niveaux et 300 km de galeries. Aussi, elles sont gardées à une température de 14 degrés Celsius et les fissures sont sous haute surveillance.
Le sel était une base économique importante au Moyen Age et dans les temps les plus anciens. Le sel est devenu un instrument important dans les mains des gens au pouvoir. Au XIVème siècle, les mines de sel représentaient 30% du revenu national. L’exploitation a suivi la voie du progrès jusqu’à la première guerre mondiale, techniques d’extraction, exploitation, mécanisation. “Une longue période de cette activité a amélioré l’état technique de la mine de sel et lui a apporté plus de stabilisation. Dans ce temps, la ville de Wieliczka se développe aussi. On ouvre une centrale électronique près de la mine de sel, on a fait le chemin de fer entre la ville et Cracovie. On a introduit la mécanisation des travaux miniers. Les forreries ont été remplacées par les mouettes (tu peux expliquer cela, Mister Trog?), on a mis en marche le moulin de sel. On a aussi organisé les ateliers et la menuiserie pour la mine. En 1912, on met en marche la maison de cuite qui, après quelques modifications, produit du sel de flamme jusqu’au aujourd’hui.” (sources : http://saltchamber.com/salt/index.php?nlang=fr&toshow=wieliczka)
Au 18ème siècle, on découvre les vertus curatives du sel dans le traitement de nombreuses maladies respiratoires, ce qui va entraîner le développement des activités touristiques. L'exploitation minière a pris fin en 1996, la protection du patrimoine et le développement de l'activité touristique étant devenu incompatibles avec celle-ci.

Voyage au centre de la terre

La découverte du site peut prendre du temps et s’étaler sur 2-3 jours si les aficionados veulent approfondir leurs connaissances.
L’itinéraire touristique (3h) couvre près de 3 kms de galeries, situées à 135 mètres sous terre (400 marches à descendre, un ascenseur pour remonter). Elles desservent 20 chambres dont la fameuse chapelle Cunégonde. Il comprend aussi le Musée des Mines de sel de Cracovie. La visite du parcours de pèlerinage (2h30) lui succède avec son étonnante concentration de chapelles et de sculptures : . Le parcours minier (3heures) va permettre au visiteur de “rentrer dans la peau d’un mineur” , tenue à l’appui et tout apprendre du guide qui confie ainsi les taches dévolues aux anciens mineurs.

Pour avoir une meilleure mine!

Harmonie en sous-sol où chambres et complexe d’hébergement proposent à 120 mètres sous terre des soins thérapeutiques et des cures modernes.
Remontons à la surface ou un établissement thermal propose des séjours curatifs. L’établissement Cure de Mine de sel exerce ses activités thérapeutiques dans des excavations salines, profitant d’un micro-climat unique qui profite aux malades atteints de maladies respiratoires et aux personnes désireuses d’améliorer leur santé.
 
Voila, Lady Trog… après un séjour particulièrement énergique au Maroc, si nous allions nous reposer et découvrir Wieliczka? (euhh, je crois que je préfère les thalassos au sel marin ! )En attendant, je vous conseille de consulter deux superbes sites :
 
http://www.minedeselwieliczka.fr
et http://saltchamber.com
 ainsi que : http://coinsdumonde2.blogspot.fr/2014/01/pologne-cracovie-la-mine-de-wieliczka.html
http://www.lapetite-pologne.com

Merci à Sandrine Blanc et à sa collaboration.

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mardi 7 Janvier 2014 à 11:17 | Lu 216 fois