Métro, boulot, troglo…


Qu’est-ce qui totalise 219,9 kms de galeries souterraines, comporte 16 lignes et occupe un moment de la vie quotidienne de plus de 4,5 millions de voyageurs? Vous l’aurez deviné, il s’agit du métro parisien, incontournable centre d’attrait pour les Trogs en goguette qui ont décidé de tout vous dire de leurs investigations souterraines.


Un symbole

Métro, boulot, troglo…
C’est vers 1900, lors de l’Exposition Universelle de 1900, que la première ligne a été Inaugurée. Depuis, le réseau s’est considérablement agrandi et étendu à la banlieue. Devenu un des symbole fort de la capitale, il présente un style architectural influencé par l’Art nouveau, (inventivité, la présence de rythmes, couleurs, ornementations, inspirés des arbres, des fleurs, des insectes, des animaux, et qui introduisent du sensible dans le décor quotidien).

Vie quotidienne

Métro, boulot, troglo…
Plus de 4,05 millions de voyageurs par jour (1,479 milliard par an) circulent et “vivent temporairement sous terre". Fini le temps du “poinçonneur des Lilas”, presque “éradiquée” la présence de “clochards” exportés ailleurs. Le métropolitain est devenu un espace de vie temporaire s’efforçant de rendre confortable les temps de transit des Parisiens en leur offrant des espaces d’expression artistique, musicaux, des lieux dévolus à la consommation (magasins, épiceries…). La sécurité est devenue force de loi avec une vigilance accrue qui n’empêche pas toujours les vols à la tire. Ca et là fleurissent les espaces paysagers au détour de galeries suavement éclairées. Mais les heures de pointe sont toujours aussi oppressantes, l’automatisation complète de mise (lignes 1 et  14), et l’affichage publicitaire diversifié entre les décos des stations thématisées comme celle des Arts et Métiers au décor à la Jules Verne ou la cage de verre de Murano de l'artiste Jean-Michel Alberola à la station Palais-Royal...

Infrastructure souterraine

Métro, boulot, troglo…
Le réseau souterrain comporte 303 stations, aux dimensions et à la morphologie bien précise (entre 75 et 90 mètres de long) à quelques exceptions près.
Au début du 20ème siècle, nombre d’entrées ont été dotées d’édicules conçus par Hector Guimard, l’intérieur était alors faiblement éclairé, recouvert de carrelages blancs biseautés encore visibles aujourd’hui. La vague de “renouveau” entreprise depuis 1999 a fait entrer le métro dans une nouvelle ère avec des stations modernes de vastes dimensions et d'une esthétique nouvelle.
Plusieurs accès ont été inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques : le lieu souterrain devient un “musée”! Le réseau a ses secrets : tout au long de son histoire, les différents travaux et évènements historiques qui se sont produits ont fait que certaines stations n'ont jamais été ouvertes, ont été fermées ou bien ont parfois disparu. Ces stations sont alors qualifiées de “fantômes”.
L’entretien des voies se fait durant l’arrêt nocturne (trains de travaux roulants) : le réseau vit 24 heures sur 24.
Le réseau parisien souffre par ailleurs de deux maux endémiques : la vétusté de son infrastructure (les tunnels sur une grande partie du réseau sont centenaires) et la menace des eaux car il est le plus souvent sous la nappe phréatique et des centaines de pompes rejettent en permanence les eaux d'exhaure (l'épuisement des eaux d'infiltration, principalement employé dans les mines et milieux souterrains) provenant d’infiltrations.
 

Vous voulez tout savoir sur le métro? Allez y !

Métro, boulot, troglo…
Les trogs ont noté pour vous :
  • Il existe une station que la plupart des gens connaissent, mais qu'ils n'ont jamais eu l'occasion de parcourir au quotidien : la station Porte des Lilas - Cinéma. En effet, cette station se situe sur la voie des Fêtes et la voie navette entre les lignes 3 bis et 7 bis, et n'est ordinairement pas accessible au public. Ses quais ont été réaménagés par la RATP en studio de cinéma, elle est utilisée pour des tournages de films et de publicités, difficiles dans des stations en usage commercial à cause de la durée de fermeture nocturne trop courte pour monter un plateau de tournage. Elle est également utilisée pour la réalisation de films publicitaires ayant le métro pour cadre. Les décors, et notamment les panneaux comportant le nom de la station, sont adaptés au film concerné.
  • Nous vous recommandons entre autre de lire “le tout sur le tout” d’Henri Calet, ou encore l’ouvrage controversé de Lorant Deutsch intitulé “Métronome, l’histoire de France au rythme du métro parisien”
  • et notre petit diaporama
 à suivre...


Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 8 Avril 2013 à 08:48 | Lu 174 fois