Matières et mémoires.1.

Patrimoine


La mémoire des lieux s’inscrit durablement dans la pierre, dans la matière. Voici quelques exemples qui vérifient cet axiome auquel je suis particulièrement sensible. La valorisation du patrimoine touche le monde souterrain au même titre que le monde du dessus. Le fil conducteur des sujets qui suivent relie à la mémoire inscrite et transcendée par la matière.


Dans les jours à venir, nous traiterons de différents lieux soumis à ce fil rouge dans des lieux que nous avons choisis et dans lesquels la matière (bois, métal, pierre) s’inscrit, comme porteuse de mémoire et de modernité, conférant aux lieux une note particulière.
Vous avez pu découvrir quelques exemples ou la dynamique de rénovation est identique à celle entreprise dans les troglosdynamiques :
-  le collectif de Tizourgane dans le haut Atlas (sujets à suivre)
-  la ferme d’Eric et Arnaud

Nous vous proposons de voir les deux sites majeurs du PER (Pôle d’Excellence Rurale) initié par feu le Pays Saumurois
-       Les Justeau à Rochemenier
-       La nouvelle scénographie des Perrières
Cette action, rappelons-le, fait émerger des projets structurants qui mettent en valeur une des caractéristiques fondamentales de notre territoire, inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco : le troglodytisme.
« Ah oui ! et pourquoi pas nous sur la Côte Saumuroise !? » dixit, une question teintée de chauvinisme local » Réponse de Mister Trog : « on ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre. Sur la Côte, on a déjà le Village des Métiers d’Art et la PRI (Plateforme Régionale d’Innovation). Le principal c’est de développer l’attrait de notre territoire. A bas les querelles de clochers. »


Hors donc, prochains épisodes: « Oh temps, suspend ton vol à Rochemenier » et « Lames de fond aux Perrières »
 
A suivre :
 
Roccaminori Hôtel, Justeau and Co
 
Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Vendredi 13 Juin 2014 à 20:04 | Lu 116 fois