Matera fait son cinéma


C’est sans doute le succès même controversé du film de Mel Gibson “la Passion du Christ” qui est à l’origine de la célébrité du lieu. Quoi de plus naturel dans ces temps médiatiques? La richesse historique ne suffit toujours pas, peut-être que sans Mel Gibson, la ville ne serait pas “sortie de sa torpeur” pensent certains. J’en doute. La vieille cité m’a dévoilé ses charmes sur un premier coup d’oeil : le coup de foudre, vous connaissez? Mais revenons à nos moutons ou plutôt aux vaches à peine distinctes des rochers qui jalonnent les pentes du ravin de la Gravina, perceptibles par leurs grelots, de jour comme de nuit.
Matera enchante, un point c’est tout. Elle a séduit plus d’un scénariste, réalisateur ou photographe. Pas moins de 13 films y ont été tournés.


illustration foto blue vidéo
illustration foto blue vidéo

Extraits de presse

ITALIE La petite ville où a été tourné le film de Mel Gibson profite à fond des retombées économiques
Sans "La Passion du Christ", Matera ne serait peut-être jamais sortie de sa torpeur. Le film controversé de Mel Gibson, dont la plupart des scènes ont été tournées dans les sassi (habitations troglodytiques) de cette ville du sud de l’Italie, a dopé le tourisme et redonné une vie aux vieux quartiers de la cité, qui possèdent une structure urbaine unique au monde. En même temps que le film triomphe dans les salles de cinéma, Matera cartonne dans les agences de tourisme, grâce à un support publicitaire digne de ce nom. Une agence locale vient même de lancer " le tour de la passion du Christ "! " Nous organisons des visites guidées des endroits où Mel Gibson a tourné les scènes, comme le marché, le lieu de la crucifixion, le dernier repas, la porte de Jérusalem, la via Crucis ", précise la responsable du marketing de l’agence Maria Teresa Cascino. " Les touristes nous appellent et viennent du monde entier. Les Américains, les Suisses et les Japonais sont enthousiasmés par notre initiative. Dès que le film sortira en Italie, le 7 avril prochain, il y aura une très forte demande aussi des Italiens ", se réjouit-elle. La formule week-end, à partir de 200 euros (320 francs), inclut " le tour de la Passion ". Les touristes amateurs d’émotions fortes peuvent même dormir directement dans les lits de Mel Gibson ou de James Caviezel, l’acteur qui a incarné Jésus.
 
MATERA ENVOYÉ SPÉCIAL - C'est une Jérusalem de cinéma, une Bethléem pour grand écran. Dans ce décor pétrifié de façades blanches accrochées à flanc de ravin, Mel Gibson a tourné La Passion du Christ (2003). Bien avant lui, ce chaos urbain surgi de la nuit des temps avait été choisi par Pier Paolo Pasolini pour son très controversé aussi "Evangile selon saint Mathieu "(1964). Dernièrement, les producteurs de Time Warner n'ont pas cherché longtemps où installer le tournage de "La Nativité", l'histoire d'amour entre Marie et Joseph, sortie en 2006.
 
La ville des «Sassi» désormais depuis des années vante un curriculum respectable dans l’histoire du cinéma italien, pour cette raison ce set naturel et particuliers est devenu une étape obligatoire aussi bien pour les fanatiques du cinéma que pour les grands metteurs en scène. Le nombre des films en production est en augmentation. Pourquoi? La réponse est simple pour ceux qui visitent les «Sassi». Il suffit de poser la question à Pier Paolo Pasolini, Mel Gibson, Giuseppe Tornatore et Francesco Rosi, qui ne sont que certains des grands noms du cinéma qui ont choisi ce set naturel pour tourner leurs films
 

illustration foto blue vidéo
illustration foto blue vidéo

Filmographie

 Voilà une liste des films tournés à Matera à partir des années 50 jusqu’à nos jours.
  • 1953 “La Lupa” (tourné par Alberto Lattuada avec Michaela Jokolev)
  • 1962 “Anni ruggenti” (tourné par Luigi Zampa, avec Gino Cervo e Nino Manfredi)
  • 1963 “I Basilischi” (tourné par Lina Wertmuller, musique de Ennio Morricone)
  • 1964 “Il Vangelo secondo Matteo” (tourné par Pier Paolo Pasolini, avec Ninetto Davoli, Enzo Siciliano)
  • 1965 “Made in Italy” (tourné par Nanny Loi, avec Alberto Sordi, Anna Magnani, Aldo Fabrizi, Peppino De Filippo, Nino Manfredi, Chaterine Spaak, Sylvia Koscina, Walter Chiari, Lea Massari, Lando Buzzanca)
  • 1974 “Allosanfan” (tourné par Paolo et Vittorio Taviani, avec Marcello Mastroianni, Lea Massari)
  • 1975 “L’Albero di Guernica” (tourné par Fernando Arrabal, avec Mariangela Melato)
  • 1979 “Cristo si è fermato ad Eboli” (tourné par Francesco Rosi, avec GianMaria Volontè, Lea Massari)
  • 1985 “King David” (tourné par Bruce Beresford, avec Richard Gere, Edward Woodward)
  • 1995 “L’uomo delle stelle” (tourné par Giuseppe Tornatore, avec Sergio Castellitto, musique de Ennio Morricone)
  • 1999 “Terra bruciata” (tourné par Giancarlo Giannini, avec Raoul Bova)
  • 2003 “La passione di Cristo” (tourné par Mel Gibson, avec Jim Caviezel et Monica Bellucci)
  • 2006 “The Nativity story” (tournè par Chaterine Hardwiche, avec Hiam Abbass et Oscar Isaac)

illustration foto blue vidéo
illustration foto blue vidéo

Pourquoi un tel intérêt?

L’émotion
Elle vous prend aux tripes lors du dernier virage à partir duquel vous découvrez les sassi. Le minéral est de mise et impose ses teintes qui varient selon l’humeur de la lumière. Imaginez dès lors,  un “lego” expérimental empreint d’histoire et de devenir. Les pièces s’imbriquent dans un enchevêtrement inextricable fait de “tufo” gris beige.
 
Le crapahutage physique et mental
Essayez déjà de vous repérer dans un entrelac urbain habité depuis… dix mille ans. Pour corser le labyrinthe, il s’agit d’un habitat troglodytique  creusé dans le tuf  depuis la Préhistoire, étagé sur plusieurs niveaux, de quoi y perdre son … latin.
 
Le poids de l’histoire
Cerise sur le gateau :  pas moins de 140 églises rupestres creusées par les communautés monastiques successives entre le 7ème et 12ème siècles, toutes influences confondues, qu’elle soit arabe, bysantine, romaine ou normande. D’un pas à l’autre, vous passez du néolitique au Moyen–Age sans coup férir.
 
 
Bref, de quoi alimenter l’imagination débordante de nombreux réalisateurs. Aborder Matera par le biais du cinéma, pourquoi pas?
A suivre, la suite du feuilleton...


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Vendredi 9 Mars 2012 à 05:35 | Lu 758 fois