Londres Underground, demandez le programme!


La ville de Londres est connue pour ses entresols sombres, aux fenêtres à demi enterrées, comme des soupiraux de caves. Mais oubliez Dickens et Jacques l'Eventreur, l'ambiance est à la fête dans ce Londres souterrain... et souvent clandestin. Lady Trog a pisté pour vous les lieux cachés sous les pavés de la capitale et les ponts de la Tamise... Very hot, indeed!


Où boire en cachette?

Londres Underground, demandez le programme!
La mode des bars clandestins... et souterrains nous arrive tout droit de NY, où la tradition des speakeasy date l'époque de la Prohibition en Amérique. Ainsi, des bars fleurissent, dans des décors dignes d'Alan Edgar Poe... ou d'Alice au Pays des Merveilles :
Ainsi, pour accéder au THE  MAYORS OF SCAREDY CAT TOWN, vous poussez la porte du Breakfast Club, vous vous dirigez vers le fond du bar et vous ouvrez la porte... du frigidaire. Derrière se cache le bar souterrain le plus prisé de la capitale!

De même le restaurant mexicain  LA BODE NEGRA caché ... sous un sex shop ou le LOUNGE BOHEMIA, un clandé tchèque, dissimulé entre un kébab et un kiosque : quelques marches pour descendre dans le bar, et vous pourrez savourer des cocktails aux noms savemment nostalgiques de l'époque de la Guerre Froide, cela dans un décor soviétique très "seventies". 

D'autres bars en sous-sol égayent les nuits londoniennes de leurs alcools aux reflets mystérieux : le GORDON'S WINE BAR, le HAPPINESS FORGETS, THE THREE BLIND MICE, ou Bar des trois souris aveugles, pour ceux qu ne lisent pas l'anglais... Il y a aussi le FREUD où il vaut mieux arriver encore sobre pour descendre sans risque les marches du vertigineux escalier de métal. Pour remonter, accrochez-vous à la rampe. Il y a aussi le PURL à l'atmosphère victorienne et aux alcôves discrètes.  Eclairées à la bougie, et dans des ambiances sombres propices aux déclarations romantiques, ces bars en sous-sol suspendent le Temps de la City,  où pourtant Time is Money, selon la devise...

Autres plaisirs souterrains

Londres Underground, demandez le programme!
Mais les bars ne sont pas les seuls lieux souterrains de la capitale britannique :
Une galerie d'art contemporain qui porte bien son nom : la CRYPT ART se situe dans les sous-sols de l'église St Pancras... où elle a remplacé les catacombes.
Il existe aussi des spas souterrains comme le somptueux SPA de l'hôtel DORCHESTER, ou des salles de spectacle comme le mythique SCOTCH OF ST JAMES qui a accueilli nombre de stars, the Beatles,.Hendrix, Joplin...
Enfin, le shopping branché s'enterre aussi au LN-CC, où l'on pénètre par un vieil interphone caché sur un vieux mur de briques. Ces lieux sont réservés aux Happy Few en quête de clandestinité, loin de la foule et de la lumière du jour.
Au sous-sol du magasin Aubin & Wills, le cinéma d'auteur AUBIN  présente des films du cinéma indépendant pour cinéphiles avertis.

Nous vous invitons donc à prendre le Tunnel sous la Manche, creusé par nos amies les taupes,  et à partir à la découverte des bas-fonds modernes de Londres.

A Paris aussi...

Londres Underground, demandez le programme!
Et pour ceux qui, rêvent comme Dracula de rester à l'ombre sans voyager trop loin, sachez qu' à Paris aussi, il y a de nombreux bars et lieux de divertissement souterrains : grand classique, le CAVEAU DE LA HUCHETTE à St Germain des Près, qui accueille toujours un public nombreux où  les mélodies jazz résonnent en sous-sol.
Et parmi les bars branchés, demandez le BALLROOM, avec son escalier en colimaçon qui vous entraîne dans des zones interlopes sous le niveau de la mer. Le CANDELARIA est aussi un speakeasy, fastfood tacos côté pile et bar à cocktail côté face...

Et si vous préférez des activités plus saines, rendez-vous à Beaubourg, dans les vastes caves voûtées de L'USINE, un club de sport très select.

Qui a dit : "Pour vivre heureux, vivons cachés!"?


Lady Trog

Londres Underground, demandez le programme!
Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Renée Frank le Samedi 6 Avril 2013 à 05:36 | Lu 574 fois