Les travaux chez les Trogs (2-1)


Cela tombe bien! A la suite de notre dernier sujet sur “le manuel du parfait troglo”, nous évoquions le travail du géologue, homme de terrain confirmé. Voici un exemple détaillé de l’intervention réalisée chez les Trogs. Commençons par le début…


Maître Léotot sur son rocher perché…

Les travaux chez les Trogs (2-1)
Loin de la fable, plus près des failles, Christophe Léotot ne lache pas le morceau avant de l’avoir décortiqué et analysé sous tous les angles. Le 30 janvier dernier, il nous remet à la suite du passage de son associé, un rapport d’une bonne quinzaine de pages, photos à l’appui. Il s’agit du “Diagnostic de stabilité de caves, de la faisabilité d’un projet d’ouverture au public, et avis sur les travaux de confortement à mettre en oeuvre”. Du sérieux, pas de bla bla de la part de nos deux compères qui repasseront en plein chantier de confortement jeter un coup d’oeil… vertigineux.
Durant plus d’une journée, Patrice disparait dans les caves muni d’éclairage, de quelques appareils de mesure et surtout de ses yeux. Auparavant, Christophe était venu en rendez-vous préliminaire pour connaître nos intentions quant au lieu. Il s’agissait de sécuriser le lieu pour y recevoir du public (pas plus de 100 personnes) avant de pouvoir déposer un dossier “ERP” (Etablissement Recevant du Public).
Comme vous le savez, le géologue est un spécialiste incontournable de la roche. Il s’agissait en l’occurrence “d’analyser la stabilité d’un ensemble souterrain, de juger de son potentiel évolutif” et de préconiser le type de confortement nécessaire pour l’ouverture de la future “Troglothèque”, compte tenu que le site se situe en zone R4, dite “zone d’aléa très fort” du Plan de Prévention des Risques Mouvements de terrain (prescrit par l’arrêté préfectoral en date du 17 janvier 2008, sur le coteau développé entre Saumur et Montsoreau.
 

Le dossier 49174, descriptif

Les travaux chez les Trogs (2-1)
Coup de chance! Nous avions fait dresser par le cabinet de géomètres experts Lecouteux-Branly-Lacaze, un relevé précis de nos caves. Ce plan est indissociable du rapport, les documents donnant une image particulièrement complète de notre site.
En bref, le site est une ancienne carrière reliant les parcelles cadastrées AC 80 et 84, initialement creusée par piliers tournés, qui a été cloisonnée par la suite, de murs en moellons dont certains n’atteignent pas la voûte. Les salles  les plus proches du coteau ont été intégrées à l’habitat, les développements intérieurs réservés à une ancienne activité viticole.
L’extraction a touché plusieurs niveaux (de 2m30 à 10 mètres dans la salle “cathédrale”)
Là, Troglita va être contente : “ l’ensemble souterrain est creusé dans un tuffeau blanchâtre, micacé, correspondant aux unités du Turonien moyen. Il s’agence en bancs plurimétriques, bien visibles en particulier au niveau des puits de caves ou autres ciels tombés.” Si dans son ensemble la roche paraît homogène et massive, elle présente une altération dans la masse dans les entrées… (les entrées ou sorties de caves soumises aux chocs thermiques sont des zones sensibles).
Ouf! Ils ne repartent pas en courant et criant au secours au secours, pierres qui roulent!
Il n’en reste pas moins que l’ensemble souterrain présente plusieurs caractères d’instabilité…
 
A suivre…


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Jeudi 25 Avril 2013 à 06:47 | Lu 234 fois