Les multi carrières de Maurice Delalande


A 30 ans, Maurice Delalande se retrouve à la tête de l’exploitation familiale, créée par son aïeul Louis Fay. La cave des Roches, « Maison Delalande depuis 1893 », à Bourré. Ce sont 120 kms de galeries qui témoignent toujours de la double activité traditionnelle, extraction de la pierre et culture du champignon. Malgré l’adversité (la fin de l’extraction, la crise du champignon) cet arrière petit-fils de perrier, garde le cap et insuffle toute son énergie dans l’entreprise.


Renaissance de la carrière d'extraction : la ville souterraine

Les multi carrières de Maurice Delalande
Fin 15ème siècle, le tuffeau blanc de Bourré, très prisé pour sa finesse et sa blancheur est utilisé pour la construction de nombreux châteaux et  logis seigneuriaux. Notons qu’il était coutumier de rassembler pour la construction ou la restauration, des pierres de provenances différentes selon qu’il s’agissait de soubassements, d’encadrements, de murs… toujours est-il que les carriers ou perriers de Bourré menaient bon train. Le transport fluvial sur le Cher et la Loire était alors  très dense, jusqu'à l'arrivée du chemin de fer. La période d’apogée pour la Cave des Roches est le 19ème siècle. Après 1914, l’extraction est interdite, c’est aussi l’arrivée de la brique, et du béton. Nombreux sont les hommes qui ne reviennent pas du Front.
En 1993, les galeries refont surface avec la création de la Ville souterraine, l’aménagement d’une carrière et de ses modes d’extraction. Le tourisme fait respirer les caves…La Ville souterraine est ouverte au public en 2001, après plus de deux ans de travail ininterrompu pour trois personnes, tailleurs de pierre et  sculpteurs confondus. L’arrière petit-fils de carrier voue une grande passion pour ses espaces qu’il continue à parcourir et y déniche ainsi un traineau à pierre, et divers objets qu’il souhaiterait restaurer… Ce monde c'est celui du rêve et de l’imaginaire qui cotoie, affleure le monde réel, économique, celui de la champignonnière.

De Bourré, à Tokyo en passant par New York

Les multi carrières de Maurice Delalande
Le deuxième parcours ouvert au public est celui du champignon. L’exploitation s’étend sur 120kms de galeries reparties sur 7 étages. 70 tonnes cueillies à la main, c’est la culture haut de gamme que Maurice développe ici. Pieds bleus, shii také, pleurotes, arvensis, "authentiques" champignons de Paris  La cave des roches produit 40% de la production mondiale de pieds bleus à l’intention des  grands restaurants gastronomiques, Paris, Tokyo, New York… De nouveaux débouchés sont exploités avec les besoins pharmaceutiques et esthétiques.
Tout cela nous est expliqué avec humour et gaité par notre guide, Doriane Tardif, qui s’étend avec gravité sur la crise du champignon tout en vantant les qualités “aphrodisiaques “ du Shii také”!

Huiles essentielles

Les multi carrières de Maurice Delalande
Posséder, entretenir, exploiter un tel réseau de galeries n’est pas une mince affaire, dans ces temps de crise. Mais Maurice Delalande n’en reste pas là. Il réfléchit, tente, expérimente. Quel avenir pour le monde souterrain, pour toutes ces galeries désertées? Préserver l’environnement, stocker, réutiliser ces espaces et ces volumes? C'est peut-être l'avenir... Alors il tente à titre expérimental de stocker les huiles alimentaires usagées et de procéder à leur retraitement en biocarburant.
Souhaitons que de telles initiatives nous amènent à réfléchir et à accompagner ceux qui sont soucieux de l'avenir de notre planète et de ses artères vitales et souterraines. Il serait tant d'appuyer sur le champignon.
Voilà une bonne raison pour les Trogs de rebondir... Alors, où en est-on avec le P.E.R, et la P.R.I ? On vous annonce la couleur... à suivre.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mardi 16 Août 2011 à 09:02 | Lu 1996 fois