Les manèges souterrains de Yanos.


Yanos, accompagné de sa femme Laurence et de leur fils Isidore. s’est mis à l’abri dans ses caves à Lerné (Indre-et-Loire) pour se consacrer à la réhabilitation de ce qui est en passe de devenir son lieu de vie. Mais pour le sculpteur aux mille et un galops, dont certaines sculptures équestres appartiennent au cabinet des curiosités de la Maison Hermès à Paris,c’est aussi une oeuvre d’art.


Yanos, le sculpteur aux mille galops
Yanos, le sculpteur aux mille galops

De l’argile au tuffeau en passant par la photo.

Cet illustre autodidacte sculpteur nous a déjà fait partager ses manèges enchantés, (Dada light, Equipraxi, Métamorphose…) notamment au salon Ar(t)cheval à Saumur. Ses chevaux fantômes qui ont hanté le Parc du musée-château Saint Jean de Nogent –le- Rotrou se reposent dans ses caves. Mais l’homme a plus d’un tour dans sa tête. Il aime à travailler au gré de sa fantaisie et de son humour, la pierre, le fil de fer, le papier. Avant de plonger dans l’univers des troglos, il manipulait l’argile, passait des nuits blanches à faire des photos, par passion. Et puis un jour, Laurence remarque une location en troglo à Parnay (49). Là, c’est le coup de foudre. Il découvre le tuffeau, sort ses ciseaux à bois, et attaque en douceur la pierre. L’échelle de ses sculptures s’agrandit, sa vision de l’architecture s’étoffe. Bien évidemment notre homme ne s’arrête pas là et entretient tranquillement les “délires numériques” enregistrés sur son ordinateur. Bon, faisons le point, la photo ça ne rapporte pas, le cheval, c’est un “filon”, mais j’ai pas que ça à faire”. Il rêve de passer de la pierre au bronze. Mais il s’agit d’un investissement de taille, encore une question d’échelle…
la découverte du tuffeau
la découverte du tuffeau

Réabiliter un troglo, c’est restaurer une oeuvre d’Art

Alors, il s’installe quelque temps à Couziers, puis achète une vieille bâtisse à Lerné (toujours en Indre-et-Loire!). Il entreprend les travaux dans cette bâtisse, vieille ruine remarquablement exposée qu’il entreprend de restaurer comme une oeuvre d’art: “le troglo, une oeuvre d’art en soi”. Le site remarquablement restauré, est un dédale de caves réparties par endroit sur deux niveaux. Là encore Yanos se donne à fond. L’autodidacte réalise tous les travaux par lui-même en s’entourant de professionnels : tailleurs de pierre, maçons… Il remet à niveau les espaces remblayés qu’il faut décaisser, en ouvre certains autres, réfléchit à l’emplacement de son futur atelier tout en rêvant d’acquérir une moto, une “Vincent” (hard Black Shadow). Dans le même temps, il initie des jeunes à la sculpture à Seuilly (pas loin de Lerné) dans le cadre du CPIE (Centre Pédagogique d’Initiative Permanent) La municipalité de Lerné lui commande la restauration d’une statue (la Sainte Némoise).
Le troglo de Lerné
Le troglo de Lerné

Vient la fin de l’interview, et au détour d ‘un dernier regard sur ses oeuvres, Le jeune sculpteur avec un sourire facétieux nous présente la maquette articulée d’un coureur qui opère un mouvement oscillatoire : “cela pourrait se trouver sur la plage arrière d’une voiture, non?” et, une fois de plus il part dans un grand éclat de rire.

Les manèges souterrains de Yanos.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Dimanche 20 Mars 2011 à 14:37 | Lu 1470 fois