Les égouts de Paris (1) : Le Musée


En cette journée de pic de pollution, où se réfugier à Paris ailleurs que sous terre? Cela tombe bien, le métro est gratuit et on peut y passer la journée à voyager dans les entrailles de la capitale. Mais, c'est à un autre voyage que je vous invite : celui tout aussi souterrain du circuit des égouts. Suivez le guide!


La visite des égouts

La visite publique des égouts de Paris est l'occasion unique de découvrir une petite partie du réseau de 2500 km de long. L'entrée est accessible sous le pont de l'Alma dans le 7ème arrondissement. Je les ai visités pour la première fois quand j'étais classe de 7ème, avec mon super instituteur M. Chaumereuil. Une expérience passionnante.

La visite dure 1 heure environ, au travers de galeries aménagées qui permettent de faire découvrir aux visiteurs une partie du réseau actuel. Le seul inconvénient est, disons, olfactif. Prévoyez le masque, le Chanel N°5 ou la pince à linge pour les plus sensibles. Mais ce léger désagrément n'enlève rien à l'intérêt du site, et vous "plonge" directement dans l'ambiance.

Vous visiterez dans une atmosphère humide le collecteur de l'avenue Bosquet, l'égout élémentaire de la rue Cognacq-Jay, le déversoir d'orage de la place de la Résistance et le point de départ de l'émissaire sud qui emmène une partie des eaux usées de la rive gauche vers la station d'épuration d'Achères à 26km à l'Ouest de Paris .
Des maquettes et des engins réels sont exposés le long des salles aménagées et des couloirs du circuit de visite.
On peut ainsi découvrir un "wagon-vanne" pour le curage des égouts, un "bateau-vanne" qui opère dans les grands collecteurs ou bien encore une ancienne pompe de relevage des eaux. Très instructif!

On y apprend aussi que la flore et la faune sont très limités dans cet écosystème : champignons pour l'une, rat dit "d'égout", araignées, blatte américaine (sic)... et sauterelle naine pour l'autre. Pas de poisson, ni de quoi fouetter un chat. Mais attention, en 1985, un crocodile s'est échappé d'une réserve, et nombreux sont les propriétaires de batraciens ou bestioles exotiques qui s'en débarrassent dans la cuvette des toilettes...

L'historique des effluents

On vous évitera les détails sur les cloaques de Lutèce (sinon voir prochain article). C'est vers 1200 que Philippe Auguste fait paver les rues de Paris et prévoit, en leur milieu, une rigole d'évacuation.
Dès 1370, un égout voûté et maçonné qui rejoint le ruisseau de Ménilmontant est construit rue Montmartre.
L'égout moderne est né à l'époque du Baron Haussman dans les années 1850, grâce à l' ingénieur Eugène Belgrand. Le réseau parisien est composé actuellement de 2.400 km de galeries techniques.
L'ensemble de cet historique est retracé par la visite grâce à un cheminement didactique au sein des différentes techniques d'assainissement et des améliorations de la qualité de l'eau, de l'époque du Lutèce au Paris d'aujourd'hui.
A chaque époque, on peut découvrir :
- l'évolution de Paris
- ses principes d'alimentation en eau potable
- ses techniques d'assainissement
- son bilan écologique.

Pour ceux que cela intéresse, nous vous concoctons un article plus détaillé sur le sujet...

Un bouillon de Culture

Enfin, vous ne serez pas étonné d'apprendre que les égouts parisiens sont un "haut" lieu de la littérature française .... et du cinéma hollywoodien :

Vous vous rappelez sans doute de l'épopée de Jean Valjean dans les égouts de Paris (" Les Misérables", tome 5). On retrouve ces lieux accueillants dans "Le Pendule de Foucault d'Umberto Ecco" : deux livres que nous vous avons présentés dans notre rubrique de Littérature souterraine.

Le grand écran n'est pas en reste, avec 2 grands classiques:
"La Grande Vadrouille" de Gérard Oury et "Le Trou" de Jacques Becker, où il est là aussi question d'évasion. Il ya aussi cette histoire de cambriolage de haut vol par les égouts, vous vous souvenez?

Plus récemment, dans "Ratatouille" le sympathique rat Rémy arrive dans les égouts de Paris entraîné par le courant d'une rivière (peut-être la Bièvre) dans laquelle il s'est jeté, à la campagne.
Encore un flm d'action : dans "Rush Hour 3" , les personnages Lee et Carter plongent dans les égouts parisiens...
Il en faut pour tous les goûts...

Accès du Musée des égouts:
Pont de l'Alma, place de la Résistance, face au 93 quai d'Orsay.
75007 Paris.

Métro : ligne 9, station Alma-Marceau.
RER : ligne C, station Pont de l'Alma.
Bus : lignes 42, 63, 80, 92, arrêt Pont de l'Alma.

Pour les horaires, consulter :
http://www.egouts.tenebres.eu/visite.php


Lady Trog


Rédigé par Renée Frank le Mardi 18 Mars 2014 à 19:32 | Lu 353 fois