Les dessous de Brézé


Carnets de route en Saumurois, retour à Brézé, 29 juin 2013. Nous retournons au château de Brézé pour un ultime reportage avec l’équipe de FR3. Gregory Matheson est impatient de nous montrer une des parties cachées de l’incroyable forteresse, véritable vaisseau de guerre qui atteint une trentaine de mètres de hauteur, douves y comprises.


Le Château “Renaissance”

Les dessous de Brézé
Nous grimpons tout d’abord dans la tour de l’horloge après avoir franchi les appartements récemment accessibles au public. Toutes les pierres de construction ont été extraites du creusement des douves. Nous dominons les douves et le pont levis, premier élément du système défensif minutieusement élaboré.

Niveau -1

Les dessous de Brézé
La première découverte se situe à l’entrée de la Galerie Saint Vincent. En levant les yeux, on peut apercevoir un ensemble de pièces naturellement innacessibles que Gregory Matheson est fier de nous offrir : munis d’une échelle nous parvenons dans ce refuge défensif, semble-t-il à l’extrême, avec meurtrières, réserves cachées, qui posent questions pour les archéologues et historiens.

Niveau -2

Les dessous de Brézé
La deuxième surprise est de taille : nous nous enfonçons sur la partie externe de la douve par une entrée discrète et basse qui nous conduit dans un réseau de galeries complétant le réseau défensif du château souterrain. Ces étroits boyaux permettaient de passer sous les douves au coeur même de l’édifice avec sans doute célérité et discrétion pour des soldats armés…  Je ne suis pas au bout de mes surprises lorsque je m’aperçois qu’elles desservent aussi sur plus de trois cent mètres accessibles, la carrière d’extraction du tuffeau, blanc et de bonne qualité qui servit à la construction des bâtiments.

A suivre…
 
 
Rejoignez-nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.
 

Les dessous de Brézé
Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.
 


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Samedi 29 Juin 2013 à 11:50 | Lu 348 fois