Les balmes de Montbrun : des troglos dans le ventre d’un volcan ardéchois !


Le site de Montbrun est un ancien volcan qui appartient au massif du Coiron, au cœur des montagnes ardéchoises, non loin d’Aubenas, l’une des plus importantes communes du département. L’activité volcanique y était très intense il y a 8 millions d’années, les laves d’alors ont composé une roche compacte mais friable, association de sables, de basaltes et de galets de roches cristallines. Malgré leur cohérence, les produits volcaniques se sont révélés faciles a tailler, d’où l’installation, exceptionnelle en Ardèche, d’une population en milieu troglodytique, au cœur d’un ancien cratère.


Lieux de vie

Les balmes de Montbrun : des troglos dans le ventre d’un volcan ardéchois !
Le bourg de Montbrun, de taille modeste, est regroupé autour d’un château (aujourd’hui en ruines) comme cela se pratiquait souvent aux XIIe et XIIIe siècles.  Ainsi, la population bénéficiait de la protection du seigneur, et celui-ci avait les habitants de sa seigneurie sous contrôle matériel direct. Mais alors que dans la plupart des villages de ce type, les habitations sont construites en élévation, la population de Montbrun s’est littéralement « enterrée » en creusant une trentaine d’habitations troglodytiques aux dimensions fantastiques : les balmes. Creusées dans la falaise, les cavités s’étagent sur plusieurs niveaux. On peut parfois distinguer plusieurs modes de construction : certaines balmes sont creusées dans le rocher avec une simple ouverture sur l’extérieur, alors que d’autres sont maçonnées et laissent deviner une construction, bâtie en pierre et en bois sur leur devant, et plaquées contre le rocher. Celles-ci disposaient de structures, planchers ou escaliers (aujourd’hui disparus mais dont les traces d’ancrages de poutres subsistent) permettant le passage de balme en balme sur des hauteurs… vertigineuses! Le centre du cratère était occupé par des constructions et par des terrasses de cultures potagères et fruitières.
Si certaines balmes ont été creusées avec un grand soin, disposant de placards, éviers rupestres, conduits de cheminées ou escaliers aménagés dans la roche, d’autres sont plus frustres et étaient vraisemblablement destinées aux activités agricoles : étables et bergeries dont les anneaux rupestres destinés à attacher le bétail sont encore visibles sur les parois.

Lieu de culte

Les balmes de Montbrun : des troglos dans le ventre d’un volcan ardéchois !
En 1536, le village voit l’installation d’une chapelle dédiée à Sainte-Catherine, sans doute pour rapprocher le lieu de culte des habitants, jusqu’ici établi dans la paroisse voisine à Saint-Gineys-en-Coiron, assez éloignée du vallon encaissé. Bien que construite tardivement, elle suit le même traitement architectural que les autres habitations, en se nichant dans les bombes et scories de l’ancien volcan. Malgré cela, le village a peu a peu décliné après le XVIe siècle, jusqu’à son total abandon après la Révolution Française.
 
A la découverte de ce village, quelques questions demeurent pourtant… surtout lorsqu’on est imprégné de culture troglodytique angevine! Pourquoi ce village demeure une exception en Ardèche? Prospère et longtemps habité par une importante population, pourquoi a-t-il décliné? Et, question subsidiaire et technique, que vaut la roche volcanique en terme de performance énergétique ? 


Texte et photos, Marie Hérault.

Les balmes de Montbrun : des troglos dans le ventre d’un volcan ardéchois !
Un grand merci à Marie Hérault, gagnée par la troglopathie qui a réalisé ce reportage à l'intention des Trogs, lors d'un séjour ardéchois.  Pour ceux qui ne le savent pas encore, Marie, jeune journaliste est également l'un des auteurs du livre : "Troglos, habitat et art de vivre". vous savez le livre sur les troglos qui sort prochainement... D'ailleurs, vous disposez encore de quelques semaines pour la souscription...


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mardi 27 Septembre 2011 à 10:47 | Lu 788 fois