Les « karetz »

Souterrains multifonction


Dans le premier volet de l’émission consacrée au Monde Souterrain (Dans les entrailles de la Terre (1/4), De Hanoï à Mossoul: quand la guerre se fait souterraine), il est fait mention des « karetz » : « ces petits tunnels qui permettaient aux combattants de surgir de façon inattendue, et de disparaître de la même manière, dans le cadre de la résistance afghane face à l’armée soviétique. » En fait il s’agissait de conduites souterraines anciennement dévolues aux systèmes d’irrigation reconverties depuis quelques temps … militairement. Leçons du passé.


Turpan, Chine

Turpan (alias Tourfan en chinois) est depuis des siècles une ville oasis située dans la région ouighoure, de la province chinoise du Xinjiang, une importante cité commerciale de la route de la soie, appelée « Brillante perle de la route de la soie ». De ce passé prestigieux, il reste aujourd’hui les ruines de l’ancienne citadelle Jiaohe, les grottes aux mille bouddhas mais aussi les vestiges des puits karez : un système de canaux d'irrigation souterrains, alimentés par des puits, qui comprend un total de 1 600 kilomètres de tunnels dans le district de Tourfan. Il était indispensable à l'irrigation, partant, à la survie de la région. Chine et Iran se disputent la paternité du système appelé « qanats » dans l’ancienne perse.
Quoi qu’il en soit, ce système de puits était crucial dans le développement l’ancienne cité chinoise qui doit sa prospérité à sa gestion de l’eau sur un territoire hostile et soumis à la sécheresse.

Le système d'irrigation souterrain 

Il s’agit d’une série horizontale de puits creusés verticalement qui sont ensuite reliés par des canaux souterrains destinés à recueillir l’eau de ruissellement provenant de la surface et des montagnes avoisinantes. Puits, barrages, canaux souterrains permettent de contrôler et de gérer le débit de l’eau. Cette méthode d'irrigation a été transmise au peuple du Xinjiang pendant la dynastie des Han occidentaux (206 avant JC - 24 après JC). Les puits ont été creusés à des distances variables à une douzaine ou plusieurs dizaines de mètres de profondeur pour recueillir l'eau sous-jacente de la fonte des neiges. Il subsiste aujourd'hui plus de 1100 puits et chenaux d'une longueur totale de plus de 5 000 kilomètres (3 100 mi). La géographie locale rend les puits karez pratiques pour l'irrigation agricole et d'autres utilisations.
Il y a 20 000 glaciers au Xinjiang - près de la moitié de tous les glaciers en Chine. L'eau des glaciers via les canaux souterrains a fourni une source d'eau stable toute l'année, indépendamment de la saison, pour des milliers d'années.
Aujourd'hui, la longueur totale de ces tunnels souterrains d'irrigation au Xinjiang s'étend sur trois mille kilomètres. Le projet peut être comparé avec la Grande Muraille et le Grand Canal.
 
 

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Samedi 4 Novembre 2017 à 09:50 | Lu 40 fois