Le “trou de l’homme blanc”


En attendant notre virée prochaine à Aubeterre sur Dronne prévue pour juin, nous vous emmenons à Coober Pedy en Australie. Quel est le lien me direz- vous? Il est d’essence religieuse, le village recèle des églises souterraines. Et c’est en furetant par-çi, par-là à la recherche de lieux de cultes que je suis tombé sur cette communauté australienne. Après “Mad Max”, “Mad trogs”…


Coober Pedy, Australie

Le “trou de l’homme blanc”
Moins de 2000 âmes habitent ce village situé à 846 kms d’Adélaïde en Australie méridionale, réputé pour sa production d’opale et ses habitations troglodytiques : réflexe naturel, les anciennes mines ont été rénovées et investies en raison de la chaleur diurne infernale. Quant au nom de Coober Pedy, il proviendrait du terme aborigène local Kupa Piti qui signifie «le trou de l'homme blanc». Si les aborigènes sont installés de longue date dans la région, le village ne fut créé qu’en 1915 avec la découverte et l’exploitation de l’opale.
Les températures moyennes estivales de ce désert inhospitalier font que de nombreux habitants préfèrent vivre dans des grottes creusées dans les collines. Une maison troglodyte standard de trois chambres avec salon, cuisine et salle de bain, creusée dans le roc à flanc de colline, revient au même prix qu'une maison normale. Elle a l'avantage de rester à température constante, alors qu'une maison classique a besoin de l'air conditionné, en particulier pendant les mois d'été, lorsque les températures dépassent souvent les 40°C.” (wikipédia)

Coober Pedy cultuel

Le “trou de l’homme blanc”
Les centres d'intérêt à Coober Pedy incluent le cimetière et les églises souterraines mais aussi les mines. “Le premier arbre jamais vu dans le village est en ferraille et est toujours implanté sur une colline surplombant le village.” Chaleur excessive, désert “inhospitalier” déclame la vie quotidienne de cette ville dédiée à l’extraction de l’opale.
Les habitants  se réfugient sous terre et réinvestissent les anciennes mines désaffectées.
Qui dit village dit lieux de culte. Qui dit surchauffe, dit églises souterraines.
Et oui, que l’on soit serbe orthodoxe ou catholique, on peut même se recueillir sous terre à Coober Pedy. La ville abrite notamment deux églises troglodytiques, une catholique (St Peter & Paul Catholic Church ), l’autre orthodoxe serbe souterraine,(Hutchison street, Serbian Orthodox Church) qui impressionne par le volume excavé pour dégager le sanctuaire. Aux dires de certains visiteurs, les lieux dégagent une impression d’étrangeté, due sans doute à la massivité de la roche.
 

Coober Pedy, superstar

Le “trou de l’homme blanc”
Vous voulez jouer au glolf en plein désert, Coober Pedy vous en donne la possibilité :
Le terrain de golf local - le plus souvent fréquenté la nuit par des joueurs utilisant des balles lumineuses pour éviter les températures diurnes - est totalement dépourvu de gazon. Situé aux abords immédiats de la ville ce terrain de golf, a été élu dans le top 10 des terrains les plus atypiques au monde.
Vous la connaissez sans doute sans y avoir mis les pieds. Très photogénique elle a offert son décor à de nombreux réalisateurs de films. Ainsi pour n’en citer que quelques uns, "Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre " (Mad Max Beyond Thunderdome), "Planète rouge " (Red Planet), "Priscilla, folle du désert" (Priscilla, Queen of the Desert), "Pitch Black " et "Le Sang des héros " (Salute of the Jugger) qui ont largement utilisé la population locale comme figurants. Coober Pedy figure également dans la deuxième saison de la série télé "The Amazing Race". Le livre "Wildfire" de Chris Ryan parle de Coober Pedy, mais écrit qu'il n'y a que trois bâtiments sur la surface et le reste de la ville est sous terre. Le clip "Kiss The Dirt (Falling Down the Mountain)" de INXS a été tourné sur la "Moon Plain". La ville joue un rôle central dans le film de Wim Wenders "Jusqu'au bout du monde (1991)

A voir : Mine Old Timers

Le “trou de l’homme blanc”
Datant du début du XXe siècle, cette ancienne mine désaffectée a été réaménagée en un passionnant musée qu’il est possible de visiter seul en suivant un parcours fléché. Un impressionnant labyrinthe de galeries minières et de grottes d’habitations historiques.
 
Si vous décidez de vous rendre à Coober Pedy, nous proposons un bon plan aux routards : n’hésitez pas à récolter les brochures sur Coober Pedy, ainsi que passer au centre info, vous y trouverez des bons de réduction de 10 ou 20% pour certaines attractions de la ville. A l’Old Timers Mine, une réduction sur l’essence au Caltex de la ville vous sera offerte!

Les Trogs remercient JL SEGNARD pour sa contribution.
Rejoignez-nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.
 


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Lundi 13 Mai 2013 à 20:25 | Lu 305 fois