Le retour aux sources


Emmanuel Gauthier a 34 ans. Il a réinvesti des lieux ancestraux, connus puisque cités dans les ouvrages de Camille et Jeanne Fraysse. Mais, c'est qu'ils sont bientôt légions, ces jeunes couples qui viennent s'installer dans notre monde souterrain! Ça, c'est une bonne chose.


Le retour aux sources
Dimanche dernier, les Trogs partent à la chasse, celle qui est toujours ouverte, et fructueuse, la chasse aux troglos. Notre arme préferrée, l'appareil photo. Objectif la coulée de Nervaux , à l'entrée de Grézillé où nos rabatteurs nous ont signalé la présence d'un site intéressant. Nous arrivons chez Emmanuel Gauthier qui nous reçoit à bras ouverts.
Une belle carrie s'offre à nos yeux. Elle comporte une maison en tuffeau adossée au coteau, en partie semi troglodytique, en cours de restauration.
Emmanuel habite une maison qui jouxte la carrie, et qui est très particulière : construite à l'origine à Longueville, elle a été démontée et remontée ici à l'entrée du bourg. Pierre par pierre, du temps de l'arrière grand-mère d'Emmanuel. En 2005, Emmanuel revient au pays après avoir bourlingué, à Nervaux. Là où la première guerre mondiale avait décimé les forces vives de la coulée, désertée depuis.

Le retour aux sources
C'est le retour au sources pour cet enfant de Grézillé, revenu  sur les terres familiales. Jusque-là il était parti dans les Pyrénées, puis à Toulouse pour suivre une formation "tourisme" et acquérir une expérience professionnelle dans le monde du théâtre, de l'animation culturelle et de l'organisation de spectacle. Il s'installe à Grézillé avec sa femme et entreprend de réinvestir et restaurer les lieux. il s'initie à la taille de la pierre, en fait son nouveau métier, ce qui lui permet de se consacrer à son premier client, c'est à dire lui-même.

Un lieu de partage

Le retour aux sources
La famille s'organise autour de ce lieu de vie  avec un projet : celui d'aménager un gîte troglo ouvert, non pas uniquement avec des objectifs de rentalbilité, mais surtout pour redonner de la vie à l'ensemble. Quoi que de plus naturel que d'offrir aux visiteurs de passage une expérience en troglos? Et par la même occasion, y apporter un vocation culturelle. C'estchose faite, avec  la création de Tuff'à bulles, une association qui se charge d'animations locales. Emmanuel réfléchit à diversifier les actions de l'asso qui pourrait sur le lieu accompagner une résidence d'artistes. D'où la restauration déja bien avancée.

Un lieu de passage

Le retour aux sources
La maison adossée à la carrie abrite des trésors mis en images et redécouvers par les Fraysse, il y a là un potager qui peut faire penser à un bénitier, une magnifique cheminée, un cadran solaire... et un vaste chantier de restauration de l'ensemble qui promet de devenir un petit bijou. Maçonneries en pierre alternent avec le tuffeau brut dans une douce lumière intérieure.
C'est pour bientôt. Nervaux ne s'est pas fait en un jour.


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Dimanche 4 Septembre 2011 à 16:01 | Lu 711 fois