Laurent, ébéniste de père en fils et brocanteur à Villaines-les-Rochers (37)


Pas évident à trouver, mais incontournable. Par ce beau dimanche, d’avant-Pâques… le troglo-flair nous guide vers une “brocante” qui sniffe le troglo. On rentre Lady Trog et moi, en comprimant notre porte- monnaie inutilement. Bien sûr, on craque… sur le lieu, sur les objets (à des prix très abordables) et sur le propriétaire des lieux.


Laurent Girault, ébeniste.

Laurent, ébéniste de père en fils et brocanteur à Villaines-les-Rochers (37)
StartFragment

Bon toujours la même histoire. Le fils succède au père. Mais une histoire qui se fait rare. Moi j’aurais du être dentiste. Pas la vocation. Et oui, la transmission, c’est pas toujours évident.  Dans le cas qui nous intéresse, Laurent prend la suite de son père dans l’atelier, j’allais dire dans les mêmes meubles. Il se forme au métier, puis travaille dans l’entreprise familiale avant de prendre les rênes ou le taureau par les cornes. L’affaire familiale se développe, et il décide d’ouvrir une brocante.
EndFragment


Une vraie brocante.

Laurent, ébéniste de père en fils et brocanteur à Villaines-les-Rochers (37)
StartFragment

On n’est pas aux Puces de Montsoreau où parfois un dé à coudre de grand-maman coûte la peau… des fesses. Là, je vous assure, les prix sont plus qu’abordables, foi de Mister Trog (près de ses sous). Le choix est là, bref, la vraie brocante où vous trouvez (comme par hasard) ce qui vous a toujours manqué, genre une vieille pelle à charbon rouillée. Et pour finir, on est bien évidemment en troglo, une véritable caverne d’Ali Baba (lui aussi était troglo, au fait). L’atelier n’est pas loin, regorgeant de bois, de chaises à rempailler, idéal en cave pour la conservation du bois. 




http://sites.google.com/site/brocantegirault/
EndFragment



Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Mardi 19 Avril 2011 à 18:43 | Lu 1024 fois