La rencontre de la Taupe et de la Chauve-souris


Quelques petites indications... sur les animaux coutumiers du monde souterrain. Pauline, ma nièce, 12 ans a croqué nos deux futurs héros... Et du coup, elle a inspiré ce sujet. Revenons sur la genèse de l’histoire et du "clip", the Trogs : nous nous sommes souvent penché sur ce portail sur des habitants curieux du monde souterrain. Quoi de plus naturel que de mettre en avant cet animal mythique qu’est la chauve-souris. Quant à la taupe, un proche m’a affublé de ce nom là. Cela a piqué ma curiosité. Du coup, j’ai adopté le personnage. Le troisième larron devrait intervenir d’ici peu de temps, dans le rôle du”méchant”. Dark Vador, version Trogs. Il s’agit du Niphargus. Les Trogs vous font faire entrer dans les coulisses de leur esprit, et de leurs réalisations.


Longue vie aux troglos

La rencontre de la Taupe et de la Chauve-souris
Petit hommage fugace mais circonstancié, à la gloire des troglos et de leurs habitants.

La taupe

Ennemi des jardiniers et des agriculteurs, la complice des Trogs, n’est pas vraiment nuisible : elle ne fait que déranger l’ordre public, celui des jardins. En fait, ecosystème oblige, elle draine les sols et assainit les espaces humainement agrémentés, et se nourrit d’une grande quantité d’insectes nuisibles (hannetons blancs, vers taupins...). Bref, contrairement au “qu’en dira t’on”, la taupe est l’amie du jardinier. Etonnant, non?
Elle me plaît bien, la taupe : peu sociable, solitaire, elle a la vue basse, est incapable de discerner les mouvements, mais entend parfaitement bien, possède un odorat très puissant et se trouve dotée d’un sens tactile particulièrement développé. On ne peut pas tout avoir. Elle vit dans un réseau de galeries, creusé et entretenu par ses soins, son supermarché quotidien complexe qui varie entre 600 à 900 m2. Elle ne se drogue pas et déteste les pétards.

La chauve-souris

Tiens à propos... Vous pouvez aussi bien écrire “chauve-souris” que “chauvesouris”. C’est l’ordre des chiroptères qui regroupe des mammifères volants, soit près d’un millier d’espèces différentes.
Les chiroptères sont les seuls mammifères dotés du vol actif : Ils se déplacent dans les airs grâce à une aile formée d'une membrane de peau entre le corps, les membres et les doigts. Ils ne se posent qu'exceptionnellement au sol et s'y meuvent maladroitement. Ils se reposent en se suspendant aux aspérités par les griffes des orteils. Actifs la nuit, ils peuvent se diriger dans l'obscurité en émettant des ultrasons dont ils captent la réflexion, écholocalisant ainsi leurs proies et les obstacles.
Dans la culture populaire, l'image de la chauve-souris peut être bénéfique ou maléfique selon les pays. À cause de leur aspect étrange et de leur vie nocturne et, par voie de conséquence, du mystère qui entoure leur mode de vie, elles sont souvent victimes d'idées reçues qui leur ont valu longtemps d'être persécutées par l'homme.
Et ce n’est pas fini, c’est wiki qui le dit : “Les chiroptères s’avèrent en effet à l’origine des paramyxovirus, responsables entre autres de la rougeole, des oreillons et de nombreuses infections respiratoires, parmi les premières causes de mortalité infantile dans le monde. Ces petits vampires auraient transmis ces dangereux agents infectieux à l’ensemble du règne animal.
Dernièrement, les chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) ont découvert soixante nouvelles espèces de paramyxovirus, que l’on pensait spécifiques à l’homme. Mais elles s’observent aussi chez les chauve-souris. Ces mammifères doivent dès lors être placés sous surveillance, pour contenir une éventuelle propagation d’infections. Des infections qui promettaient pourtant d’être éradiquées…” Mister Done, fais attention à tes abattis!
 

Le niphargus

La rencontre de la Taupe et de la Chauve-souris
Les Trogs examinent le curriculum vitae de cet étrange animal, qui n’est pas répertorié au “Pâle emploi”. Niphargus est un genre de crustacé amphipode. Très diversifié dans les milieux cavernicoles et interstitiels, c''est un animal typique des grottes d'Europe, qu'on peut parfois trouver dans certains puits, fontaines ou résurgences après les grosses pluies. Ce carnivore de 4 à 10 millimètres de long peut se nourrir de débris organiques, voire d'argile provisoirement, s'il n'a pas d'autre choix. Il peut survivre 200 jours sans manger et 6 mois hors de l'eau, mais dans une zone humide. Il ne supporte pas la lumière (20 000 lux) qui peut le tuer en quelques jours. En laboratoire, il fuit la lumière blanche, et les lumières bleues et vertes. Quand cette possibilité leur est offerte, les niphargus gagnent les zones non éclairées, ou les zones éclairées en jaune orange ou rouge.
Bien qu'il ne gèle pas dans les cavernes souterraines où il est le plus présent, il survit quand il est pris dans la glace, et reprend son activité dès qu'il peut en dégager ses appendices. Ceci lui a probablement permis de mieux survivre aux dernières glaciations. Certaines espèces supportent des eaux très dures et survivent quand on y rajoute progressivement du sel. Mais certaines espèces vivent dans des eaux très acides (dans l'eau souterraine de massifs granitiques).
Les Trogs se méfient de sa taille de guêpe, petit mais costaud : il deviendra la bête noire des Trogs...


Rédigé par Patrick Edgard Rosa le Jeudi 28 Juin 2012 à 12:01 | Lu 460 fois