La forteresse troglodytique de Gourdon

Pour les amateurs de... vertige


Cet article s’adresse à ceux qui n’ont pas le vertige ou cherchent l’occasion de le vaincre… Allez donc faire un petit tour au-dessus de la vallée des Gorges du Loup… et grimpez jusqu’à la forteresse troglodytique de Gourdon. Si l’ascension commence comme une gentille randonnée, les derniers mètres se font au péril de votre vie, sur une corniche étroite où deux hommes ne peuvent pas se croiser…


La forteresse troglodytique de Gourdon

Le plateau de Cavillore est une grande étendue calcaire à 1000 m d'altitude qui domine le petit village de Gourdon, dans les Alpes Maritimes. La végétation, essentiellement constituée de garigues, y est clairsemée excepté le centre où poussent des chênes verts et des conifères. De nombreux sentiers arrivent et partent de ce plateau. Un sentier de randonnée permet de monter une faible pente jusqu'au plateau, de suivre une ancienne voie romaine pour aboutir à la Forteresse Troglodyte de Gourdon. Au retour, on remarque ci et là de beaux amoncellements de cailloux, des trous correspondant à des entrées de grottes, des aven, des oppidums, des dolines, d'anciennes étables en pierre.
 

On accède donc à la forteresse par un chemin large et herbeux qui descend en pente douce sur une vire vers les gorges du Loup. Le chemin d'accès se rétrécit peu à peu, jusqu'à une largeur d'environ 30 cm, surplombant 300 m de vide. La fortification est située au-delà de cette vire, longue de deux à trois mètres. Et là, soit vous faites demi-tour, soit vous prenez votre courage à 2 jambes et vous franchissez le sentier de la mort!



Si vous parvenez à franchir le chemin au-dessus du précipice, vous atteignez la porte fortifiée de la forteresse médiévale. Celle-ci est constituée par un appareil en pierres à bossage. Une tour de 5,5m de haut à 2 étages se dresse sous laquelle s’ouvre la porte fortifiée. Haute de 1,20m, elle est en partie détruite. Vous y verrez des traces de crapaudine (où s’encastrait l’axe de la porte) et de  meurtrières.
Au-delà de la porte, la vire s'élargit à nouveau pour aboutir après une centaine de mètres à une aire inclinée sans issue. Là, on trouve les restes de la voûte en pierre d'un four à pain, dont la sole était en cinérite (pierre volcanique)  a malheureusement disparu, de 2m de diamètre. Ailleurs,  on trouve aussi des traces de citernes destinées à recueillir l’eau.
 
Pour en savoir plus,  se référer à l’ouvrage d’Edmond Mari, « Les bâtisseurs de l'impossible : L'histoire d'énigmatiques constructions du Sud-Est de la France ». Et surtout, visualiser la balade sur You Tube ! Frissons garantis.
 
www.youtube.com/watch?v=KbaViUlbyzE
19 janv. 2014 - Ajouté par Mitch DOBSON
de Construction Inconnu, d'époque Médiévale , elle devait servir de planque en cas d'attaque de ...

Rejoignez nous sur notre page facebook : https://www.facebook.com/troglonautes
Vous avez aimé cet article, cliquez sur “j’aime”.


L.T.
 
 

 



Rédigé par Renée Frank le Mardi 15 Septembre 2015 à 17:42 | Lu 464 fois